La Hache et le Marteau (1).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Hache et le Marteau (1).

Message par Dulind le Sam 3 Avr 2010 - 9:27

Dulind avançait d'un pas rapide sur l'allée sortant d'Obsolêth. Des dizaines de voyageurs se croisaient sous l'oeil vigilant des gardes armés de marteaux et de boucliers. Dulind, pour sa part, avait revêtu son armure complète en acier. Sa grande hache à double tranchant pendait dans son dos, par-dessus sa longue cape pourpre. Il rythmait son avancée de son bâton de Pouvoir, une longue tige faite d'alliages de métaux surplombée au sommet d'une effigie dorée représentant Balran le Juste, patron des Maître des Runes.

Il y avait deux jours de cela, la Guilde des Runes l'avait mandaté pour retrouver un antique artefact. Selon la légende, il avait été forgé par les dieux eux-mêmes; Drongrundum, le puissant "Marteau du Tonnerre". Puisque Dulind avait mené lui-même la plupart des recherches, il avait été tout naturellement choisi pour le retrouver. Cependant, c'était sa première mission et le Clan Arkhandrazkal craignait qu'il ne se fasse repérer. Le Maître des Runes n'avait pas suffisamment d'influence pour être certain de ne pas être trahi pour un sac d'or bien rebondi.
En effet, Drongrundum se trouvait en territoire Thurgrind et, selon la loi, tout objet runique ou non trouvé ou déterré appartenait au Roi qui avait autorité sur les terres concernées. Et il était hors de question qu'un objet aussi puissant tombât entre les mains d'un clan autre que les Arkhandrazkal. Le Roi avait donc ordonné à Dulind
de partir avec quelqu'un d'influent. Quel meilleur choix en ce cas que Tylius Lance Lunaire, guerrier de légende de surcroit. Ils étaient censés se retrouver à quelques kilomètres d'Obsolêth, sur la route principale. Bizarrement toutefois, Tylius avait refusé de s'approcher trop près de Rik Kazad. Dulind n'avait pas insisté.
Le Maître des Runes observa le paysage. Les fermes fleurissaient autour des remparts de la cité. La vie tentait de reprendre son cours après la violence des attaques orques. "Quelle gâchis, pensa Dulind en voyant les maisons calcinées qui s'étalaient trop loin des murailles pour être efficacement protégées. Il regrettait presque que le Marteau ne se trouve pas en territoire peau-verte.
Il sortit sa pipe en corne de son enveloppe de cuir et la bourra.
"Allons, ressaisis-toi tête de pioche! se morigéna-t-il en tirant la première bouffarde. Bientôt, tu seras loin de tout ça, et tu vas sans doute vivre l'une des plus passionnante aventure de ta vie!"

Finalement, il n'aurait pas trop de peine à passer inaperçu. Seule son armure détonnait véritablement, de trop bonne qualité pour être portée par un simple voyageur. Les armures de plate complète coûtaient horriblement cher, et celle de Dulind était en acier trempé! Commandée auprès d'un forgeron Rhunki, chaque pièce avait méchamment entamé son héritage paternel mais il ne l'avait regrettée à aucun moment.

Comme toujours, son pendentif d'argent en forme de marteau était croché autour de son cou par une chaînette de même métal. Peu de gens l'avaient déjà vu à l'oeuvre mais on disait qu'il luisait intensément lorsque une attaque était dirigée contre Dulind. En vérité, il l'avait forgé lui-même, tout comme sa hache, Az-drong.
Hache-Tonnerre. Curieuse coïncidence, s'était dit Dulind, jusqu'à qu'il lise un document très ancien parlant d'une ancienne prophétie:

Lorsque les deux Tonnerres seront réunis, l'un de la hache l'autre du marteau, alors les Nains marcheront dans la lumière avec Grimnir, Valaya, Solveig et Grungni.

C'était ce qu'avait réussi à traduire le Maître des Runes du texte, écrit en runes inconnues du Seigneur de la Guilde lui-même. Dulind l'avait interprété comme une simple légende, mais le dernier dieu requérait son attention.
Il n'en avait jamais entendu parler, et aucun érudit d'Obsolêth n'avait pu le renseigner. Il s'était promis faire des recherches à son sujet lorsque qu'il aurait mené sa mission à bien. Quoi qu'il en soit, Az-Drong était une arme puissante qui n'avait jamais déçu Dulind. Son bâton de Pouvoir, enfin. N'importe qui savait que les Maître des Runes en avaient, et c'était très ennuyeux. Car les Rickarun étaient d'importants personnages, et il n'était pas si anodin d'en voir sur les routes principales. Ainsi, une fois qu'il aurait récupérer Tylius, Dulind comptait bifurquer sur un chemin moins fréquenté. Car il était hors de question de se séparer du bâton. Il était nécessaire dans la forge des Runes, et avait son importance lors des combats. Le Maître des Runes soupçonnait aussi qu'il en aurait besoin pour acquérir le Marteau du Tonnerre.

Au loin, apparut la silhouette de Tylius. Dulind pressa le pas. L'aventure commençait...

Spoiler:
Premier RP de la semaine: + 10 PV siouplait.
Yuke: okidokki!


Dernière édition par Dulind le Lun 21 Juin 2010 - 13:29, édité 1 fois
avatar
Dulind

Masculin Age : 21
Messages : 537
Date d'inscription : 22/03/2010
Points de Progression : 50


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Hache et le Marteau (1).

Message par Alrik le Dim 4 Avr 2010 - 20:53

Les tambours de la cité lunaire d'Obsolêth résonnèrent dans le gouffre des montagnes du sud. La guilde des maîtres des runes du clan Arkhandrazkal se réunissait exeptionellement et toute la ville devait en être informée. Ces réunions étaient sacrées et les khuzûd d'Obsolêth veillait à la sécurité de la ville pendant que les anciens et les plus grands maître des runes de Geadrâs. Les anciens de Rik Kazad avaient eux même fait le déplacement ainsi que ceux de Karak Draka, de Barag Kazad et des autres villes du Royaume des Nains.
Un jeune Nain de quelques décennies courrait dans les rues déserte de la cité lunaire. La population s'était mobilisée, les guerriers étaient postés devant les murailles de la ville tandis que les Naines s'occupaient des jeunes Naug. Son visage était deformé û aux lourdes corrections qu'il recevait de son maître forgeron. Ses cheveux blond flottaient dans le vent tandis que le son de ses pas sur le sol pavé s'élevait contre les murs des habitations environnante. Il s'engouffra dans une ruelle sombre et se dirigea vers une auberge au mur peint entièrement de blanc. Il poussa la porte et s'arrêta au centre de la pièce pour reprendre son souffle. Il releva la tête et souffla pour cacher son angoisse et sa fatigue aux Nains qui dégustait leur apparetif de l'après midi. Les regards le fixait étrangement mais il n'y pris pas garde et fila vers le tavernier qui s'était accoudé au bar pour l'attendre.


- Alors Pepino je t'ai attendu qu'est ce que tu foutais?

- Mon nom est Persiûs! répliqua l'appranti forgeron de sa voix la plus grave possible.

- Oh désolé Pepino je t'ai vexé? Mince les gars il va aller voir sa maman le petit Jwarf ! ironisa le bareman.

La pique du tavernier entraîna un canon de rire dans la taverne et les joues du jeune Khuzûd se teintèrent de rouge. Le gros tavernier railla à nouveau et cracha une nuée de postillons au visage du jeune Naug.


- Tu as ce qu'on t'avais demandé Pepino? Tu sais ce qu'on t'as promis en cas d'echec Pepino! reprit le tavernier d'une voix menaçante et glacée.

Les rires des spectateurs se turent, la taverne avait en effet rien d'un lieu de prière. S'était plus un lieu de rassemblement entre les magouilleurs du royaume des Nains. L'apprenti sorti rapidement de son pantalon un parchemin vieillot qu'il déposa sur le comptoir. Les sept Nains de la taverne s'approchèrent tandis qu'un dernier verouillait la porte de la bâtisse.
Le tavernier déplia le parchemin en riant discretement. Il y figurait un rapport complet de toute la réunion de la guilde des maîtres des runes. La mission confiée à un Khuzûd mal entrainé ce serait du gateau pour eux cette fois si de récupérer l'objet convoité par Arkandrazkal. Les huits compagnons crapuleux se regardèrent d'un oeil complice et posèrent leurs yeux injectés de sang sur l'apprenti forgeron. Un borne se lécha la lèvre et un manchot se gratta le moignon de son bras gauche. Les Nains semblaient excités et l'odeur de l'alcool venait chatouiller les narines de Persiûs. La grosse main du tavernier s'écrasa sur le visage déjà abimé du Naug, il s'écroula au milieu des huit malfrats bien décidés à lui faire cracher ses poumons et brûlant de désir trop longtemps refoulé. Dans quelques heures le corps de Persiûs flotterait dans la source de la cité. Ainsi la guilde avait un traître dans ses rangs et une troupe de brigants se lanceraient bientôt à la poursuite de l'objet convoité par le clan des maîtres des runes.


**

Les anciens des runes avaient levé la séance et avait confié une grande mission entre les mains d'un jeune nain afin qu'il face ses preuves. Son nom Dulind.

- Mes frères êtes vous bien sûr de vouloir confier la traque du marteau tonerre à ce jeune Khuzûd? questionna un vieux Naug à la barbe tellement longue qu'il aurait pu trébucher dedans à chaque pas. Il est inexperimenté et pourrait facilement succomber aux assauts des clans rebelles. Cassiel hésite à déployer l'armée contre ses clans Marzûls il serait dangereux d'envoyer un Khuzûd inexperimenté au milieu d'un affrontement imminent, reprit le vieux Nain, confiant.

Son regard abimé par le temps parcoura l'assemblée de la quinzaine de Khuzûd qui étaient présent à cette réunion. Tout le monde avait pratiquement quitté son siège au moment où le Khuzûd le plus sage de l'assemblée avait parlé.

- Je suis d'accord avec Burtyl Esprit-de-la-Lune. Mes frères nous devons garantir le succès de cette mission en maintenant la discretion, il nous faudrait une équipe de trois au maximum. Dulind à lui seul ne suffirait pas pour cette mission.

Déjà les autres Nains revenaient à leur siège et s'assirent de nouveau autour de la table ronde. Le cristal au centre de celle-ci s'illumina au moment ou le dernier des anciens s'assit. Un rayon bleu s'eleva du coeur de la table et frappa le centre de la parabole qui surplombait les maîtres des runes.

- Bien la table ronde se poursuit donc! lança Dyn Poing-d'Or, chef de la guilde. Vos propos sont juste et droit mes amis c'est pourquoi je me dois de proposer la légende de la cité Lunaire pour cette mission.

- Tliûs Lance-Lunaire? Vous êtes fou jamais personne n'a pu le controler! C'est un soldat au combien talentueux certes mais totalement imprévisible, s'inquiêta le scripteur de la réunion.

- Il ne faudra pas le contrôler mais bel et bien lui confier la sauvegarde d'un de nos élèves et la réussite de cette mission capitale pour Obsolêth. Il ferait tout pour la cité lunaire alors jouont de son amour pour le peuple et la ville. Tyliûs se pliera à notre autorité pour une fois, ses voyages incéssants font de lui presqu'une ombre, tant mieux.

Les anciens approuvèrent le chef du conseil et de ce fait il acheva la réunion. Ils se levèrent en même temps et le cristal au centre de la table s'éteignit.

**

Alrik rageait, voilà que le conseil lui donnait des ordres. Sa mission première était de surveiller cette guilde de maître des runes en se faisant passer pour une légende d'Obsolêth. Ses voyages de Rik Kazad à Obsolêth n'avait encore jamais éveillé les soupçons des habitants de la cité lunaire. De plus rien ne pouvait ratacher le prince héritier du royaume des Nains à Tyliûs Lance-Lunaire. Il n'avait pas la même coiffure, pas la même couleur de cheveux, pas la même arme et leur style de combat lui même différait. Il était là tout le talent d'Alrik que de changer de capacité d'affrontement, ceci lui assurait le meilleur allibi possible. Le talent des Drakendrengi était réellement impressionant. Un bruissement dans l'air fit lever la tête du Nain, son casque au corne pointue et aux plumes de griphon brillait sous la lumière du soleil. Son plastron d'argent étincelait tandis que ses bas amples laissaient flotter ses jambes musclées à l'interieur. Sa longue cape noir lui donnait un air ténébreux tandis que ses cheveux noircit par une coloration maline laissait paraître quelques éclats d'une chevelure jadis brillante. Un long baton d'argent était adroitement fixé dans son dos dont l'extremité dépassait de son coté droit. Un Khuzûd entièrement recouvert de plaque de métal arrivait d'un pas rapide et appuyé. Tyliûs se leva de son rocher et attendit qu'il arrive à sa porté.

- Dulind je suppose? s'enquit Tyliûs.

Le nain pris quelques instant pour se reposer et répondit d'un ton respectueux.
- C'est moi, honnoré de faire votre rencontre Tyliûs Lance-Lunaire!

- Moi aussi petit, moi aussi, répondit rapidement le Khuzûd au casque mythique. Je suppose que tu sais pourquoi je suis là. La guilde veut que nous trouvions un artefact de grande puissance. Je serais ton garde du corps et ton compagnon dans ce voyage.

- Oui je suis au courant je propose que nous nous métions en route le plus vite possible l'objet en question doit se trouver aux alentours de Karak Draka, la cité des Thurgrind. Nous devons gagner les montagnes du Nord et la route et longue. Peut être pourriez vous me compter en chemin une de vos aventures.

Tyliûs fixa un moment Dulind et lacha:
- Je ne suis qu'un simple Khuzûd pas une légende, comme tout le monde je peux être blessé, empoisoné, poignardé et trahis. La légende n'existe que dans l'esprit de mes ennemis et de ce fait il n'y a pas d'aventure mais uniquement une vie, ma vie. Je doute fortement que tes oreilles puissent entendre ce que j'aurais à raconter. Maintenant cessons de parler et mettons nous en route, reprit-il en avançant, Dulind sur ses talons...

Spoiler:
Deuxième Rp de la semaine: + 10 PV
Edit alrik: OK!!

_______________________________________________________






Double compte : Akarin - Siriondil
Nain Powa
avatar
Alrik
Admin
Admin

Masculin Age : 26
Messages : 2017
Date d'inscription : 07/12/2009
Points de Progression : 0


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Hache et le Marteau (1).

Message par Dulind le Lun 5 Avr 2010 - 16:31

Dulind marchait à grandes enjambées en compagnie de Tylius Lance Lunaire.
Le Nain laconique et sombre avançait avec aisance malgré un imposant plastron argenté, ce qui démontrait une grande habitude à porter les armes. "Rien d'étonnant, pensa Dulind, si la moitié de ce que l'on raconte est vrai, ce Khuzûd a tué autant d'Orques que la somme de nos deux âges réunis!"
- Nous devons gagner les montagnes du Nord et la route et longue. Peut être pourriez vous me compter en chemin une de vos aventures. , fit le Maître des Runes.

- Je ne suis qu'un simple Khuzûd pas une légende, comme tout le monde je peux être blessé, empoisonné, poignardé et trahis. La légende n'existe que dans l'esprit de mes ennemis et de ce fait il n'y a pas d'aventure mais uniquement une vie, ma vie. Je doute fortement que tes oreilles puissent entendre ce que j'aurais à raconter. Maintenant cessons de parler et mettons nous en route.
Dulind n'insista pas. Si Tylius n'avait pas envie de parler, ce n'est pas lui qui le forcerait!
Les deux Nains avalaient le terrain de leur pas rapide, et ils accomplirent plusieurs lieues en un temps record. Ils continuaient sur la route principale du Nord. Jusqu'ici, aucun incident ne s'était produit. Un seul éclat de voix avait troublé la marche du duo, lorsque un brigand très (trop) téméraire avait tenté de voler la bourse de Tylius. Le héros d'Obsolêth avait réagi promptement et violemment, assommant le voleur malchanceux d'un coup de poing.
La voie était parsemée d'auberges et de tavernes.
- Tâchons d'en trouver une propre et bien famée, cela évitera des désagréments supplémentaires.
Lance Lunaire sourit.
- Oui, je crains de ne pas être aussi doux avec le prochain malfrat!

Ils trouvèrent finalement un petit établissement en pierre et en bois, un peu en retrait par rapport à la route, ce qui leur convenait parfaitement aux deux. L'aubergiste, un nain de large stature aux cheveux gris, porta leurs quelques bagages dans leur chambre, puis leur indiqua une table.
Il ne tarda pas à leur apporter un plat fumant contenant un appétissant ragoût, ainsi que de grandes assiettes, des légumes et du pain. Les portions étaient proprement gargantuesques et même Tylius ne parvint pas au bout de la sienne.
- Avez-vous bien manger, messires ? interrogea le tenancier.
- Certes, votre ragoût est délicieux! répondit Dulind.
- Oh, c'est la spécialité de ma femme; Loreena! cria-t-il.
"Ouiii ?", fit une naine au visage avenant en passant la tête par l'encadrement de la porte.
- Ces messieurs ont apprécié ton plat. Viens donc t'assoir.
La naine les rejoignit et le couple prit place en face des deux compagnons.
- Et qu'est-ce que vous venez faire sur ces routes, messeigneurs ?
- Je ne pense pas que les affaires d'un maître des Runes et d'un haut dignitaire d'Obsolêth te concerne! répondit sèchement Tylius.
La Guilde avait en effet donner un anneau au Nain représentant le sceau du Roi de la cité, à l'image de ceux que portaient les nobles.
L'aubergiste se répandit en excuses, puis entraîna sa femme avec lui dans la cuisine, marmonnant qu'il avait "des choses à faire".

- Il n'était pas très prudent de dévoiler ainsi notre identité, fit Dulind

- Bah, l'aubergiste n'osera pas en parler à quelqu'un, et s'il le fait, ça ne changera pas grand-chose.
- Que voulez-vous dire, s'inquiéta le Maître des Runes.
- Ca finira par se savoir. Des têtes se tournaient sur notre passage, savez-vous! Nous sommes trop bien habillés pour passer inaperçus.

Dulind haussa les épaules.
- Bon, que diriez-vous d'aller dormir. Une longue route nous attend demain.
- Je préfère rester un moment pour m'assurer que tout est calme.
- Enfin Tylius! Que craignez-vous par Balran! L'endroit est calme!
- Vous ne comprendriez pas. Bonne nuit Dulind!
Ce dernier fixa son compagnon, perplexe. Puis il soupira et lança un "Bonne nuit" las, avant de monter les escaliers.

[Hrs RP]En fait j'imagine que Tylius se doute de l'attaque des bandits, c'est donc à ça qu'il fait allusion.

Spoiler:
1er RP de la semaine: + 10 PV svp Smile
Yuke: ok.

Petite question: 1 lieue = environ 4 km non ?
Yuke: il existe plusieurs sortes de lieues, mais ya a bien une qui fait environ 4km ^^
avatar
Dulind

Masculin Age : 21
Messages : 537
Date d'inscription : 22/03/2010
Points de Progression : 50


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Hache et le Marteau (1).

Message par Alrik le Sam 10 Avr 2010 - 16:05


Tyliûs congédia son compagnon et l'envoya se coucher comme si ce n'était qu'une simple enfant. La légende guerrière avait eu un mauvais préssentiment et avait préféré ne pas mêler le jeune Khuzûd aux événements qui allaient suivre. Il était resté calmement assis à la table de la taverne et avait terminé les restes du délicieux repas préparé par la tavernière. Celle-ci et son mari décidèrent d'entrer dans le hall de reception à ce moment là. L'homme retourna derrière le comptoir tandis que la femme s'attardait à récurer le sol de la taverne et les tables des hôtes qu'ils avaient reçu dans la soirée. Elle passa à coté de la table du Khuzûd dont le casque d'argents déposé sur sa table attirait le regard. Elle prefera ne pas remarquer que le Khuzûd à la chevelure noir éclatante la dévisageait, et frotta de plus belle les tables salies. C'est alors que le guerrier nain pris la parole:

- Pardonnez mon comportement de tout à l'heure madame. Je me suis laissé emporté par les événements.

- Les événements vous dites? reprit-elle d'un regard interrogeant.

Tyliûs souleva son verre et son assiette lorsqu'elle passa sur sa table avec son chiffon et répondit calemement:
- Nous risquons d'avoir de la visite dans très peu de temps. Je n'ai pas voulu vous blesser, c'était juste un moyen de vous tenir à l'écart de cette pièce.

Il se leva lentement et repoussa sa chaise. Le mari de la naine s'étati arrêté d'asstiquer ses verres et bouche bée écoutait les propos du guerrier au casque d'argent.
- Vous devriez monter rejoindre mon ami là haut. Il saura vous protéger, quant à moi je m'occupe de nos visiteurs.

- Mais ... tenta de répondre le mari.

- Ne discutez pas! Ces gars là ne plaisante pas et je ne pourrais assurer la défense de votre auberge si je dois aussi vous protéger. Allez maintenant!
coupa séchement Tyliûs qui enfonça son casque sur sa tête. Ses yeux noir vinrent frapper la cuisinière qui tira son mari par le bras et l'entraina à sa suite vers les chambres à l'étage. Elle attendit dans l'encadrement de la porte et jeta un dernier coup d'oeil au guerrier.

- Vous êtes...

- Votre repas était excellent madame merci de votre hospitalité, coupa à nouveau Tyliûs avant de lui lancer un grand sourire, forcé.

La femme suivit son mari et verouilla la porte qui menait aux étages. Tout deux montèrent rapidement les marches et allèrent frapper à la porte de Dulind qui s'était déjà installé pour la nuit sur son lit. Son regard fixait le second lit ou devait le rejoindre Tyliûs. Son attitude avait été très étrange et une étrange sensation venait lui titiller les oreilles.

En bas, Tyliûs vida un dernier verre lorsque la porte de l'auberge vola en éclat. Cinq nains armés jusqu'aux dents entrèrent dans la pièce couvèrent par deux archés restés dans l'encadrement de la porte. Ils prirent position au sein du bâtiment ne laissant aucune échappatoire au guerrier qui leur tournait le dos.


- Désolé messieurs l'auberge est fermée pour ce soir, lança le guerrier légendaire en reposant son verre de terre cuite sur le bar.

- Fermée? Tu te paies notre tête c'est ça?

- On est venu t'éclater la tronche à toi et ton pote alors arrête de faire l'imbécile et retourne toi!

- Vous semblez bien confiant ami Jwarf. Pourtant vous auriez pu entrer depuis bien longtemps qu'est ce qui vous a décidé? demanda Tyliûs avec une touche d'ironie dans la voix. Serait-ce parce que je suis seul que vous attaquez maintenant?

- Ferme là! On a peur de rien pas même de toi Lance-Boitteuse. Tu as fais ton temps et ta légende n'est plus qu'une vieille histoire figée sur du parchemin. Ca va être ta fête l'ancêtre!


Un sourire s'étendit sur les lèvres du guerrier légendaire lorsqu'une planche derrière lui grinça. Le Nain bavare s'était avancé d'un pas sûr, trop sûr. Tyliûs pivota sur lui même envoya son pied gauche lui mordre le menton dans un saut parfait. Le chef du petit groupe s'écroula au milieu de ses guerriers, qui s'empressèrent de le relever.

- Qui de l'ancêtre et du jeune mort la poussière à présent? piqua à nouveau Tyliûs. Intérieurement le prince héritier au royaume des Nains n'était plus, Alrik avait endossé la peau du guerrier légendaire d'Obsolêth. Il vivait son aventure comme si le prince était une autre personne. L'histoire de Lance-Lunaire était la sienne et il la vivait à fond. Il fléchit sur ses jambes lorsque le bois des arcs grinça, signe que les archés avait bandés leurs armes. Deux flèches filèrent à toute allure vers la poitrine du guerrier qui sauta et vrilla en l'air. Les traits passèrent au dessus et en dessous de lui mais ne le touchèrent pas et terminèrent leur route plantée dans le bois du comptoir dans un bruit sourd. Le guerrier se retourna jeta un coup d'oeil aux flèches et lança:

- J'avais promis au couple qui tiens cette maison que vous n'abimeriez rien. Sans cela je vous aurais laissez partir dommage pour vous...

Tyliûs se lança dans la bataille, sa main droite fila dans son dos et tira son baton d'argent dont les runes étincellait d'une couleur bleutée. Le long baton tourna dans sa main avant de terminer sa rotation dans le dos de son hôte dont le genoux droit touchait le sol. Il releva la tête et lança un regard noir aux guerriers qui lui faisait face.

- Sept, impréssionant mais insuffisant.

Son pied droit pressa le plancher de bois qui grinça sous la pression de son poids et décolla. Sa vitesse était incroyable il se retrouva au centre des guerriers en un éclair.

°°Pour commencer les archers°°

Son baton tournoya à nouveau et vint s'allongea pour frapper en pleine tête un des tireurs. Il sauta rapidement en arrière, ses mains touchèrent le plancher et le repoussèrent, le soulevant du sol, il esquiva le troisième tir de l'archer encore debout. Il retomba sur ses pieds et s'apprétait à foncer sur le dernier tireur lorsque les cinq guerrier l'encerclèrent. Armés d'épée courte, de haches et de marteaux. Tyliûs était cerné.

- Qui du jeune ou de l'ancêtre va crever? piqua le chef du petit groupe.

Un sourire se dessina sur les lèvres du guerrier légendaire lorsque tous passèrent à l'attaque. Il jeta son baton en l'air, se porta à la rencontre du premier guerrier, saisit son poigné armé pivota avec lui et bloqua l'attaque d'un de ses compagnons. Son pied gauche vint percuter le thorax d'un autre qui s'était jeté dans son dos. Ses fesses allèrent racler le sol de l'auberge. Tyliûs fit tournoyer son bouclier vivant et l'envoya percuter l'archer au fond de la pièce, les deux agresseurs s'écroulèrent. Le guerrier de légende roula sur le sol et tandis la main, son baton retomba dans sa paume ouverte. Un nouveau sourire se dessina sur ses lèvres.
Il pivota sur lui même joua du baton et frappa à gauche, à droite. Les guerriers qui se relevait finissait avec un coup de baton en pleine face. Bientôt il ne resta plus qu'un seul agresseur debout, les autres se tenait le visage, l'entre jambe ou la cuisse.


- Qui de l'ancêtre ou du jeune tiens encore debout? piqua Tyliûs.

Le Nain s'enfuit suivit par ses compagnons. Alors que le dernier allait quitter l'auberge Tyliûs parcourut la distance qui le séparait de lui en quelques pas. Il le frappa à la nuque et son adversaire s'écroula complétement sonné.

- Toi tu vas rester avec moi, on a des choses à ce dire.

IL se tourna et observa l'état de l'auberge. Des tables étaient cassées et il manquait des pieds à certaines chaises. Tyliûs ragea et donna un coup de pied magistral à son otage déjà sonné. Il fixa son baton d'argent entre ses omoplates et attacha solidement son prisonnier avec une corde trouvée dans le comptoir du hall. Alors qu'il achevait son noeud, un bruit de combat se porta à ses oreilles, cela venait de l'étage. Dulind, Tyliûs n'hésita pas une seule seconde et enfonça la porte verouillée qui conduisait aux étages, les bruits étaient de plus en plus fort...


Dernière édition par Alrik le Jeu 6 Jan 2011 - 19:01, édité 5 fois

_______________________________________________________






Double compte : Akarin - Siriondil
Nain Powa
avatar
Alrik
Admin
Admin

Masculin Age : 26
Messages : 2017
Date d'inscription : 07/12/2009
Points de Progression : 0


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Hache et le Marteau (1).

Message par Dulind le Sam 10 Avr 2010 - 18:39

Dulind était en train de retirer son armure lorsque l'on frappa à la porte.
Il alla ouvrir et découvrit l'aubergiste et sa femme. Cette dernière lui dit:
- Votre ami nous a dit de venir vous rejoindre, il pense que la taverne sera attaquée!
- Je ne sais pas si nous serons en sécurité si c'est le cas. Il ne vous a rien dit d'autre ?
- Il vous dit de ne descendre en bas sous aucun prétexte, et de nous défendre en cas de besoin, intervint l'aubergiste.

- Bien, entrez. Je me demande ce qu'il craint...

Le Maître des Runes remit les pièces d'armure qu'il avait ôtées, et plaça sa hache à portée de main. Puis il s'agenouilla, en position de méditation, son bâton de Pouvoir posé sur ses cuisses. Si quelqu'un attaquait, sa magie serait prête à répondre! Les tenanciers s'étaient assis sur le lit de Tylius, et regardaient avec inquiétude par la fenêtre. L'obscurité était profonde, et des brigands n'auraient aucunes difficultés à atteindre l'édifice sans être vus. En bas, un fracas se fit entendre, suivit du bruit caractéristique de l'acier contre l'acier. Les assaillants lançaient des insultes et des provocations. Dulind entendit la voix de son ami crier quelque chose. Il saisit sa hache, et se releva, agrippant son bâton. Une vitre se brisa. Le son était proche. "A notre étage, réalisa Dulind.
De nouveau on toqua à la porte, beaucoup plus fort cette fois-ci.
- Est-ce que vous avez des résidents dans l'auberge ?
- Non, peu de voyageurs dorment ici, fit l'aubergiste, maintenant terrifié.
- Bon, cachez-vous et ne sortez pas, quoi qu'il arrive, compris ?

- O..oui.

Le Rickarun s'approcha de la porte.
- Qui est là ? demanda-t-il d'une voix forte.
- C'est la p'tite Charlotte! Bon puisque vous voulez pas ouvrir, on va le faire nous! Le battant de chêne explosa, pulvérisé par un magistral coup de pied. Trois Nains déboulèrent dans la pièce. Ils étaient négligés, mais leurs armes étaient de grandes qualités. L'un - presque aussi grand que Tylius - portait une épée à large lame d'une longueur impressionnante. Les deux autres arboraient de petits marteaux, et des haches en main gauche. Tous étaient équipés d'une cotte de maille légère.
- C'est l'heure de mourir! fit le colosse avant de se jeter sur Dulind. Laissez le moi!
Sa flamberge s'abattit avec une force inouïe sur Dulind, qui para difficilement. Son adversaire enchaîna une série de coups rapides et puissants, qui firent reculer le Maître des Runes. Ce dernier devait réagir.
Il leva promptement son bâton et le fit briller d'une intense lumière blanche.
L'épéiste, aveuglé, ne put éviter le revers du magicien, qui l'atteignit au flanc. En effet, il ne voulait pas le tuer, car il aurait sans doute des informations intéressantes à révéler. La hache d'acier transperça aisément le fer de mauvaise qualité. Son ennemi s'effondra. Un coup de pied dans la tête acheva de l'assommer. Les deux malfrats restants se concertèrent du regard, puis passèrent à l'attaque. Ils étaient rapides car armés de deux armes chacun, alors que Dulind devait manier sa lame à deux mains.
Invoquant son pouvoir, il lança un rai de flammes bleues sur un Nain, qui s'effondra au sol en hurlant de douleur. Cependant, son camarade frappa son torse de son marteau, cabossant l'armure pourtant d'une extrême résistance et coupant le souffle au Maître des Runes. Il le frappa ensuite sauvagement au visage.
- Tylius... murmura Dulind avant de sombrer dans l'inconscience.

Le brigand entreprit ensuite de réveiller son compagnon. Il laissa le brûlé prostré sur le sol. Il était mort.
Sa seule attention fut d'enlever l'anneau indiquant son allégeance. Il prit aussi sa bourse et sa hache, la sienne ayant été abimée pendant le combat. Le colosse s'était relevé et inspectait le Rickarun.
- Bon sang, son armure est magnifique. Je suis sûr qu'elle m'ira à merveille.
Son camarade plus petit ne protesta pas, sachant que c'était inutile.

- Alors les tafioles, on s'amuse! Je vous dérange pas trop, j'espère! s'exclama une voix.
Les deux malfrats se retournèrent. Un nain à la carrure imposante était entré dans la pièce.
Son armure noire et argent le rendait d'autant plus impressionnant. Il dépassait le colosse de cinq bons centimètres.
- Finalement, tu peux garder l'armure de l'autre, je prend celle de celui-ci! lança le grand brigand.

- Tu ne prends rien du tout, tête de noeud! Viens donc d'abord tâter de mon bâton!
Tylius était ivre de rage.
- Et j'espère pour vous que mon ami est en vie, sinon votre agonie sera beaucoup plus douloureuse que celle de vos petits copains, en bas!

Sur ce, il s'élança et balança son bâton dans la tête du petit Naug, qui s'effondra sans un bruit.
Le colosse le jaugeait maintenant avec respect.
A ton tour, racaille!
Mais le grand voleur était un guerrier aguerri, et il para sans difficulté l'assaut de Tylius.
Le combat promettait d'être long et intense...
avatar
Dulind

Masculin Age : 21
Messages : 537
Date d'inscription : 22/03/2010
Points de Progression : 50


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Hache et le Marteau (1).

Message par Alrik le Lun 12 Avr 2010 - 16:56


Tyliûs avait parcouru la distance qui le séparait de son compagnon d'une traite, la porte qui menait aux étages avait volée en éclat d'un coup de semelle bien placé et ses pas résonnait dans les escaliers. Le bruit des lames qui se frappent et les cris de Dulind venait hanter l'esprit du guerrier de légende. Il arriva sur la mezzanine qui menait aux chambres et allait franchir le seuil de la chambre du maître des runes lorsqu'un sifflement dans l'air l'arrêta dans son élan. Il tourna la tête et aperçu au dernier moment les deux carreaux qui filaient vers son flan droit. Il pivota sur lui même profitant de sa vitesse de rotation il esquiva le premier trait et saisit le second en plein vol. La pression de sa main sur la flèche la brisa en deux morceaux. Les deux tireurs lâchèrent leurs armes et s'élancèrent sur le Nain qui semblait inoffensif. Tyliûs fléchit les genoux et abaissa son centre de gravité, sa jambe droite balaya les appuis du premier de ses adversaires qui vient manger le parquet tandis que le second buta sur son partenaire. Deux dents jaillirent de sa bouche sévèrement entamée, une semelle termina d'achever la laideur du Khuzûd.
Tyliûs passa au dessus des corps et entra dans la chambre de son compagnon. Les aubergistes s'étaient recroquevillés dans un coin de la pièce et Dulind s'écroulait sous les coups d'un Khuzûd géant. Rageur, le légendaire guerrier passa à l'attaque et envoya son bâton d'argent percuter la tête de l'ami du colosse. Ce dernier s'écroula durement aux cotés de Dulind dont un peu de sang coulait de sa tempe. La vue de son ami blessé fit rager Tyliûs, ses amis étaient la chose la plus importante pour lui et oser poser la main sur les êtres qui lui était cher était une grave erreur. C'était sa faiblesse autant que sa force. Le Nain dont la taille aurait fait plus penser à un humain de petite taille s'avança prudemment, il avait facilement jaugé les talents de son adversaire, il ne ferait pas la même erreur que son partenaire. C'était un guerrier de haut niveau et il savait que s'il ne respectait pas son adversaire autant qu'il se respectait lui même il n'aurait aucune chance. L'attitude du guerrier légendaire changea instinctivement, comme s'il reconnaissait le bon sens de son adversaire. Mais il n'avait pas le temps de s'amuser sa voix siffla entre ses lèvres.


- Je n'ai pas le temps de faire ton entrainement maintenant Khuzûd!

Celui-ci sourit mais ne répondit pas, son esprit était entièrement concentré sur le combat à suivre alors que quelques instants plus tôt il raillait sur la qualité de l'armure que Tyliûs portait. Tout sourire avait été balayé en une fraction de seconde de son visage froid. Plus aucune expression ne passait sur ses traits, ses sourcils froncés témoignaient de sa concentration. Ses cheveux négligés comme le temps s'étaient figés dans la pièce. L'atmosphère y était palpable, plus personne n'osait bougé et seul le sang perlait de la tempe du maître des runes. Les aubergistes s'étaient masqués les yeux effrayé par le spectacle macabre qui se déroulait sous leurs yeux. Ils n'étaient pas habitués à la violence et la moindre goutte de sang les répugnaient. Le Nain cherchait à faire obstacle de son corps à tout danger pouvant menacer sa compagne et l'enlaçait avec force comme pour la faire se fondre avec son propre corps. Des larmes coulaient du visage doux de la Naine et glissait jusqu'à son menton recouvert d'un fin duvet. Ses yeux de jade s'étaient fermés, elle avait peur et l'étreinte de son mari ne pouvait refouler cette panique qui la saisissait à la gorge. Elle ne pouvait pas non plus repousser la voix dans sa tête qui lui hurlait que sa fin était proche qu'elle finirait comme sa mère, violée puis tuée. Ses mains griffaient son visage et bouchaient ses oreilles, la panique de la naine se transmit à son compagnon qui se mit à trembler sans pouvoir contrôler ses muscles qui se contractaient se relâchaient au rythme du vent qui faisait claquer les volets de bois contre les murs de l'auberge.
Tyliûs Lance-Lunaire, foudroyait son adversaire du regard, seul lui pouvait se venter de faire trembler ses ennemis d'un simple regard. Mais cette fois si c'était différent, il était inquiet. Pas pour lui mais pour les aubergistes qui n'arrivaient pas à ce calmer. Son esprit était hanté par les gémissement de la femme Naug. Son regard se posa un instant sur le couple, le colosse en profita. Une seconde d'inattention était fatale pendant un combat, le guerrier de légende le savait et son adversaire avait su tirer à son avantage la situation. Il passa sous la garde du Khuzûd au casque d'argent et enfonça son poing entre les côtes du guerrier. Tyliûs recula sous la puissance du coup, le souffle coupé. Le géant enchaîna rapidement les coups, sa main droite saisit avec une poigne de fer la nuque du guerrier de légende et l'attira vers lui. Son genou s'enfonça dans le plastron noir de Tyliûs. Plus il frappait et plus le Khuzûd reculait, bientôt ils se retrouvèrent dans le couloir et Lance-Lunaire fut acculé à la mezzanine.
Le colosse acheva ses assauts physique avec un coup de coude magistral en plein sur la tempe du guerrier. Son casque vola et tomba lourdement sur les planches du parquet alors qu'un jet de sang jaillit de la bouche du Nain. La tête de Tyliûs rebondit lourdement sur le plancher et tout ce qu'il entendait paraissait loin très loin. Il sentit qu'on le soulevait et qu'on le lançait à nouveau. Il flotta dans les airs quelques instants avant de retomber lourdement sur le sol, glissant jusqu'à être arrêté par le mur du fond du couloir. Ses poumons endoloris hurlèrent pour recevoir quelques bouffée d'oxygènes. Tyliûs toussa et à nouveau du sang coula de sa bouche. Les pas du Nain géant résonnaient et faisaient grincer le bois de chêne des lattes. Ses lèvres bougeait, mais aucun son ne s'en échappait, Tyliûs ne percevait rien, il n'entendait rien. Il se faisait si vieux que ça? Ce combat aurait du n'être qu'une formalité pour lui, que lui arrivait il? Était-ce le fait qu'il s'attache à des gens qui le rendait si faible aujourd'hui? Plus il réfléchissait et plus son esprit forçait contre sa boite crânienne lui infligeant une douloureuse souffrance. Une grimace étira ses traits lorsqu'il tenta de se relever, ses cheveux noirs coiffés en dread locs. Il vacilla sur ses appuis et voyait trouble. Le colosse passa de nouveau à l'attaque, il dégaina son épée courte et trancha l'air devant lui, confiant. Il était sûr de lui, il savait la victoire à lui.

Lentement Tyliûs reprenait ses esprits, le long couloir lui apparaissait plus net, les tableaux fixés aux murs prenaient un sens, l'histoire de Grimnir y était retranscrite par épisodes. Il regarda bêtement le géant lever son épée pour fendre son crâne non protégé et comme possédé le bras du guerrier de légende bougea de lui même. Sans que celui-ci n'est posé son regard sur le guerrier, il contemplait la légende du dieu des Nains. C'était cette légende qui le faisait vivre aux yeux du peuple nain et il en était de même pour lui à Obsolêth. Toutefois il savait qu'il n'était qu'une peinture pour tout le monde. Il était le prince du royaume des Nains et il était hors de question de mourir en tant que Tyliûs. Son bâton avait sauté rapidement dans sa main ou était-ce simplement ses mouvements qui donnèrent cette impression? Peu importait car la rapidité soudaine du guerrier légendaire surpris son adversaire et au moment ou il se rendit compte que le bras de Tyliûs avait bougé le bâton d'argent s'écrasait sur sa clavicule droite. Un craquement terrible résonna et flotta dans l'air, le regard vide de Lance-Lunaire se posèrent sur le colosse comme pour s'interroger de son cri dérangeant sa réflexion.

La main du géant se plaqua sur son os brisé, et recula. Il avait fait la même erreur que le guerrier en début de combat, il s'était déconcentré et en paierait le prix. Le Drakendrengi avait chassé le guerrier d'Obsolêth, s'était Alrik qui combattait et sa vitesse était sans égale. Le bâton virevoltait entre ses doigts agile et frappait la face de son ennemi à chaque fois qu'il le faisait passer devant son visage. Le combat semblait simple, Alrik ne regardait même pas son adversaire, ses yeux était fixé sur les détails du peintre des œuvres fixées aux murs. La couleur vive du sang qui gicle, les expressions de terreur des soldats qui faisait face au Dieu Nain. Étrangement Alrik reproduisait les mêmes pas que Grimnir sur les tableaux, le colosse reculait car il ne pouvait faire que cela désormais. Et à son tour il se retrouva acculé contre le mur du fond et pour la première fois depuis le second round du combat, Alrik posa ses yeux noirs sur le Khuzûd qui avait perdu toute sa prestance. Ses lèvres bougèrent à nouveau et il comprit aisément que celui-ci implorait sa pitié sans toutefois l'entendre. Le bâton d'argent tourna dans les mains du Prince et la magie blanchâtre se répandit sur celui-ci comme une trainée de poussière à la lumière du jour. Le bâton s'agrandit, et son extrémité découvrit le tranchant d'une pointe, le bâton était un moyen de dissimuler sa lance, son arme. Avide de sang l'arme s'élança sur la poitrine du colosse et perfora, armure, peau, poumon puis le bois. Les yeux du Nain se révulsèrent dans leurs orbites et une expression de terreur se grava à jamais sur son visage alors qu'il baissait la tête pour voir la lance le transpercer de part en part. Il croisa le regard du guerrier de légende une dernière fois avant de rendre son dernier souffle, la magie brilla à nouveau et la pointe disparu à nouveau ne laissant comme témoin de la scène qu'une flaque de sang qui s'étendait déjà aux pieds de Alrik.

Un sursaut l'agita et le ramena à la réalité, il était redevenu la légende d'Obsolêth, Tyliûs Lance-Lunaire.
Dans son esprit un visage se dessina, il implorait son aide:


- Dulind! S'écria t-il en se précipitant dans la pièce qu'il avait quitté au début du combat.

Les aubergistes étaient toujours enlacés l'un dans l'autre mais ne tremblaient plus, ils avaient du entendre le colosse expirer. La femme quant à elle reniflait et ne parvenait pas à retenir les soubresauts qui animait son torse.
Tyliûs se jeta aux cotés du maîtres des runes et jeta un coup d'œil furtif au couple avant de se concentrer sur la plaie que son ami avait à la tête. Il s'enquit tout d'abord de dégrafer l'armure qui couvrait son torse et la lança sur le lit. Tyliûs plaça la tête du maître des runes entre ses genoux et posa ses longs doigts sur les tempes de son compagnon. Il jeta un regard aux aubergistes.


- Si vous pouviez ne pas ébruiter ce que vous aller voir je vous en serait extrêmement reconnaissant, dit-il.

Le nain et sa compagne se contentèrent de hocher la tête et pour ne pas gêner leur sauveur ils détournèrent le regard un moment. Lance-Lunaire baissa la tête et dans une langue très ancienne il marmonna des phrases à rallonge. L'extrémité de ses doigts se mit à étinceler et une lueur bleutée s'immisça à l'intérieur du crâne de Dulind. Un soupir s'échappa de ses lèvres, Tylipus sourit et se concentra à nouveau. La lueur bleutée revint et le guerrier de légende ferma les paupières. Son corps fut parcourut en un instant de multiple tremblements, dans une sorte de transe la magie s'extirpait du crâne du maître des runes et revenait dans les doigts de son propriétaire. Et en un éclair tout redevint calme, la lumière qui avait éclairé la pièce s'était éteinte et Tyliûs ouvrit les yeux et hotta ses doigts des tempes de son ami. Il se redressa et porta Dulind jusqu'à son lit ou il l'y allongea.


- Je pense que nous allons rester chez vous une jour de plus. Mon ami à besoin de repos et j'espère de tout coeur que les débordements de cette nuit ne vous conduiront pas à nous chasser de chez vous, commenta Tyliûs alors que le couple se relevait difficilement.

- Vous pouvez rester Maître Nain, mais nous nous partons sur le champ, rétorqua le mari. Notre auberge n'est plus un endroit sûr pour ma femme et je ne prendrais pas le risque qu'une autre troupe de dégénérés viennent saccager le travail de ma vie.

- Mais ou iriez vous? S'enquit Tyliûs.

- Chez mon frère, il tiens une ferme non loin d'ici. Il saura nous accueillir le temps que les choses se calme et puis nous reviendront. Bonne chance avec votre ami, Lance-Lunaire! Termina le Nain en quittant la pièce.

- Puis je vous retenir jusque demain matin? Interrompit le guerrier. Les routes ne sont pas sûre et je ne voudrais pas qu'il vous arrive malheur. Restez avec moi cette nuit, je veillerais sur vous ainsi que sur Dulind.

- Bien, une nuit seulement! Termina le nain.

Tyliûs barricada les fenêtres de l'étage avec ce qu'il trouvait pendant que ses protégés dormaient et il se campa devant la porte de la chambre. Il attendit toute la nuit, réfléchissant sur ce qu'il avait fait, sur les erreurs qu'il avait commise. Il sentait le regard du cadavre du colosse qui se posait sur lui, un regard vide de vie. Un regard qui le portait, le hantait. Un mort de plus venait le tourmenter...

Spoiler:
Premier Rp de la semaine: + 10 PV
Alrik: OK!

_______________________________________________________






Double compte : Akarin - Siriondil
Nain Powa
avatar
Alrik
Admin
Admin

Masculin Age : 26
Messages : 2017
Date d'inscription : 07/12/2009
Points de Progression : 0


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Hache et le Marteau (1).

Message par Dulind le Lun 12 Avr 2010 - 18:19

Dulind savourait le soleil qui caressait sa peau en cet après-midi. Il marchait en compagnie des deux aubergistes et de Tylius, à qui il devait la vie suite aux évènements de la veille. Ils n'avaient pu partir qu'à une heure, car le Maître des Runes avaient dormi une bonne partie de la matinée, et avait insisté pour vérifier si les brigands ne lui avaient rien pris. Cela aurait pu passer pour de la pingrerie, sauf que les articles qu'avaient emportés Dulind étaient sans prix, des composants de Runes d'une valeur inestimables et d'autres artefacts dont même Tylius ignorait la nature.

Il avait été chagriné d'apprendre que leurs hôtes quittaient leur établissement, et ce même après qu'il leur eût certifié qu'ils ne couraient plus aucun danger une fois que son compagnon et lui seraient partis. Quel comportement étrange que de renoncer au travail de toute une vie pour aller s'exiler dans un trou perdu à traire des vaches et moissonner le blé!
Sa plus grande inquiétude allait cependant pour le guerrier d'Obsolêth, qui semblait sombre et austère depuis leur départ. Il se demanda si cela était dû à la mort de deux Nains par sa main. La mort du voleur qu'il avait brûlé vif lui pesait à lui aussi. Il avait beau se dire que lui n'aurait pas hésité à faire de même, cela ne l'apaisait pas. Jamais il n'avait ressenti une telle culpabilité. Pendant la guerre contre les Orques, il en avait tués en nombre, mais ce n'était pas pareil pour lui. On l'avait élevé dans la haine des Orques, ses parents avaient perdus beaucoup à cause d'eux.
"Les Orques doivent se dire la même chose de nous, pensa Dulind. Comme c'est triste...
Il se promit qu'il ne tuerait désormais qu'en cas de nécessité absolue. La vie était trop précieuse pour être ainsi gaspillée. Il ne comprenait pas comment les Thurgrind pouvaient aimer autant combattre acier contre acier, fusse contre des Orques. L'on pouvait tuer sans douleur grâce à la magie. Il se remémora alors les cris de souffrances atroces du Nain qu'il avait brûlé, et rougit de honte. Dans le feu de l'action, lui non plus ne pensait pas à tuer sans douleur, il se souciait de sa propre vie avant tout.

Les aubergistes les quittèrent en fin d'après-midi.

Les deux Nains marchaient maintenant côte-à-côte.
- Alors Dulind, comment envisages-tu la suite de notre voyage ? questionna Tylius.

- Que veux-tu dire ?

- Cette attaque n'était pas une frappe isolée de voleurs avides. Certes non!
L'un deux portait les armoiries d'une maison noble que je connais.


- Laquelle est-ce ? Dis-le moi! Je leur ferai payer! explosa Dulind

- Calmes-toi, mon ami, le tempéra Lance-Lunaire. Nous ne pouvons strictement rien faire. Du moins pour l'instant. Il nous faudra simplement être prudents, et dormir le plus souvent possible dans des villages fortifiés ou des bourgades.

- Certaines zones sont désertes du moindre hameaux, et mêmes forestières comme la Forêt des Mages.

- Nous devrons organiser des tours de garde, mais j'avoue que ce n'est pas sans danger. Après tout, ce n'est pas pour rien que l'on m'a choisi!^^


- Ta tête gonfle, mon ami! rit le Maître des Runes. Il faut que nous passions par Rik Kazad pour que je puisse acheter quelques fournitures au Grand Marché*.

- Comme il te plaira. Cependant, je te serais très reconnaissant d'y aller seul. Je t'attendrai dans un village proche.

A la tête troublée de son compagnon, Dulind n'insista pas. Le soir, dans une auberge de Garrak Rirf, il s'interrogea. Quelles raisons pouvaient pousser un Nain aussi célèbre que lui à ne pas entrer dans la Capitale de sa nation ?

*: Allusion au marché qui vient d'ouvrir. Je veux acheter une besace.^^

Spoiler:
Premier RP de la semaine: Est-ce que je peux demander de l'argent à la place de stats. Il me semble avoir lu dans les Règles que chaque point de stats valait 1 PA. Si c'est juste + 10 PA (1PO), sinon plus 10 PV pls. Razz
Yuke: non, c'est inexact. 10stat environ= 1 Pièce d'Argent et non d'or. Je t'ajoute des stats donc.
avatar
Dulind

Masculin Age : 21
Messages : 537
Date d'inscription : 22/03/2010
Points de Progression : 50


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Hache et le Marteau (1).

Message par Alrik le Dim 18 Avr 2010 - 1:07

Le soleil du petit jour vint frapper les paupières à demi-close du guerrier de légende. Des cernes pendaient sous ses yeux humides, il avait veillé toute la nuit devant la porte de la petite chambre ou le massacre de la nuit saignait encore les lattes du planché. Le sang avait seché, il faudrait plusieurs mois voir des années pour réussir à désincrustrer l'émoglobine fermement enfouie dans les rainures du bois. Tyliûs Lance-Lunaire passa une main sur son visage sec et ébouriffa ses longues dreds noir. Il détacha sa main de sa tête et la contempla quelques instants, ferma les doigts puis les ouvrit. Il fut interromput dans son jeu matinale par le grincement du planché. Il tourna la tête vivement tandis que sa main droite avait déjà saisit son bâton d'argent. La femme de l'auberge s'était levée et titubait vers le guerrier légendaire. Ses jambes vacillaient au fur et à mesure que ses yeux se posaient sur les corps calcinés et découpés des soldats qui avaient attentés à leurs vies. Elle s'arrêta quelques pas devant Tyliûs et le dévisagea avec respect et crainte.

- Vous pensez qu'ils vont revenir? demanda t-elle d'une voix cassée.

- C'est ce que prétend un des leurs que j'ai capturé hier soir, rétorqua le guerrier en se relevant. Ses genoux crièrent à l'agonie mais une fois debout il oublia rapidement la douleur. Ils n'ont pas agit de leur propre chef. Ils sont sous les ordres d'une personne bien plus haut placée qu'eux.

- Mais si les rebelles Marzûls s'allient avec des maisons noble du royaume comment Cassiel fera t-il pour nous protéger? Leur force ne fera que grandir et ...

- Il ne fera rien! Nous devrons fuir les étrangers un peu trop bien vêtu, interrompit son mari qui venait à son tour de se réveiller. Fillomèn prend tes affaires nous partons immédiatement!

La femme de l'aubergiste joua du regard de son mari à Tyliûs, de Tyliûs à son mari et puis baissa la tête en signe de soumission. Elle ferait une fois de plus ce qu'on lui disait de faire bien qu'elle ne voulait pas abandonner l'auberge. Elle se doutait que son mari faisait tout pour la protéger et la garder du malheur toutefois elle aurait voulu décider pour une fois de comment elle voulait mener sa propre vie...
Tyliûs ne broncha pas lorsque le Nain entraîna sa compagne dans les escaliers pour fuir au plus vite la bâtisse. Le couple traversa le hall, huit corps reposaient dans la pièce. Un seul était encore en vie solidement attaché à une poutre de la grande pièce. Les tables étaient renversées, les bouteilles du comptoir avaient été brisées, tout ce qui avait fait la vie de ce couple n'était plus que ruine et débris. Emporté par la rage le Khuzûd lâcha sa femme un instant et s'élança sur le prisonnier. Il le roua de coups de poing et de coup de pied jusqu'à ce que son visage soit totalement brisé. Le sang coulait de sa bouche mais il ne semblait pas éprouver de douleur c'est alors qu'il se mit à glousser. Il cracha une giclée de sang et ria grassement:


- Ou que vous alliez désormais vous serez considérez comme allier de Lance-Lunaire donc nos ennemis, Il le sait!

Un sourire figé se dessina sur ses lèvres lorsque l'aubergiste lui fendit le crâne d'un coup de chaise bien placé. Sa tête chuta lourdement sur sa poitrine accompagné des gémissements de Fillomèn. Le Naug se retourna vers elle et la saisit à nouveau par le bras pour l'accompagner vers la sortie. Il avait défoulé toute sa haine sur le malheureux prisonnier, par chance Tyliûs avait eu le temps de l'interroger avant que le tavernier ne passe ses nerfs sur lui.
Tyliûs cligna des yeux lorsque la porte de l'auberge claqua à la suite du passage du couple. Il resta un moment immobile dans le couloir de l'étage et puis entra pour la première fois depuis l'épisode de la veille dans la chambre du maître des runes. Dulind était allongé sur sa paillace, sa main reposait sur son torse qui se soulevait avec un rythme régulier. Il allait mieux songea Lance-Lunaire rapidement qui s'assit à ses cotés. Son attention se porta sur les pendentifs qu'i portait autour du coup. Un petit marteau y était suspendu par une chaîne d'argent, son centre avait été creusé afin d'y placer une pierre bleutée. Il s'approcha pour l'observer plus en détail alors qu'il pensait avoir aperçu à l'interieur de la pierre la forme d'une rune. Ce fut à cet instant que Dulind ouvrit les yeux, il se redressa tel un mort vivant à une vitesse folle. Son regard se posa tout autour de lui puis sur le guerrier de légende assis à ses cotés.


- On sont ces enfoirés? tonna t-il dans sa barbe fine.

Tyliûs sourit en découvrant la bonne humeur de son compagnon:

- Ils se sont enfuis à la vue de ta hache mon vieil ami, répondit Tyliûs avec ironie.

Dulind sourit à son tour et observa les traces de brûlure qui léchait encore le sol et le sang des soldats qui avaient attaqués l'auberge. Il sembla reprendre ses esprits à la vue de ces indices et se remémora rapidement ce qui c'était passé la veille.
- Combien de temps ai-je dormis?

- Un peu plus de 24 heures, les taverniers viennent à l'instant de nous quitter, poursuivit Tyliûs de sa même voix douce.

- Nous quitter ?

- Ils ne reviendront plus dans cette auberge, le mari est un trouillard et il crois bien faire en fuyant tout ce en quoi il croyait. Ils renonçent à ce lieu pour aller élever du bétail avec leur famille. Je me sens responsable de leur départ et ca me hante.

- Tyliûs tu n'as pas à te sentir coupable de quoi que ce soit! Sans toi se couple aurait finit comme tout les pauvres gens qui ont croisés le chemin de ces mercenaires. Ils te doivent la vie autant que moi, cesse de te monter la tête nous avons du chemin à faire il serait peut être temps de se mettre en route.

Tyliûs sourit une seconde fois et se releva:
- Tu as raison, dit-il en tendant la main au maître des runes et en le relevant. Dépêche toi de te préparer je t'attends en bas, termina le légendaire guerrier.

Dulind ne pu s'empécher de ressentir un profond sentiment de reconnaissance en vers celui qui lui avait sauvé la vie. Il était heureux de partager cette aventure avec la légende d'Obsolêth. Il s'approcha du second lit ou il trouva ses armes et son armures qui avaient été soigneusement rangés...


**

- Comment?! tonna une voix gave en écrasant son poing sur la table de bois qui lui faisait face. La force du coup souleva le chandelier qui menaça de chuter sur les parchemins étallés sur le bureau et sur le sol de la pièce. Des sceaux nobles étaient fixés aux murs et des armes étaient placés partout dans le bureau du Khuzûd.

- Vous me dites qu'ils ont survécu? Comment par Grimnir avez vous pu échouer avec une troupe de qunze guerriers comment?! brailla t-il à nouveau.

Un Nain à l'autre bout de la pièce se faisait tout petit et tripottait frénétiquement le casque qu'il avait entre les mains:
- C'est que Lance-Lunaire n'est pas n'importe quel guerrier seigneur. A lui seul il a réussi à déssimer notre escouade.

- Yalgon je veux ce marteau vous m'entendez?! poursuivit avec colère le noble Khuzûd. Faites tout ce qui est nécessaire mais liquidez moi ces deux Jwarf!

- Oui seigneur, nous n'échouerons plus à l'avenir.

- Je l'espère pour vous! Que je n'ai pas à vous rappeller que nous dépendons tous de ses ordres, au moindre nouveau faux pas de votre part et vous me mettrez dans le même embarrat que vous. C'est pourquoi vous allez partir avec deux de mes guerriers.

Le noble claqua des doigts et de l'ombre émergea deux silhouettes impressionante.
- Grumhilde! Loklun! Ils sont jumeaux et sont expert en combat par équipe, avec eux je ne tolérerais aucune erreur. Maintenant allez!

Les guerriers saluèrent respectueusement le Khuzûd et quittèrent la pièce faiblement éclairée...

**

- Il faut que nous passions par Rik Kazad j'aurais grand besoin d'acheter quelques fournitures aux marchés.

Tyliûs n'émissa aucun mouvement qui aurait pu trahir un quelconque mal être.
- Comme il te plaira. Cependant, je te serais très reconnaissant d'y aller seul. Je t'attendrai dans un village proche, riposta t-il.

Dulind acquiessa sans s'attarder au moment ou il pénétrait dans un village situé en bordure de Dorogram. Garrak Rirf était en réalité un bastion, un village fortifié qui servait aux garnisons de la cité de Dorogram de faire halte sans pour autant la rejoindre. Tyliûs et Dulind entrèrent dans ce bourg ou régnait en maître sur les soldats l'alcool, le sexe et la débauche.

- Il serait sage de ne pas s'attarder dans ce village Dulind. On risquerait de se retrouver nez à nez avec un ivrogne et on ne saurait pas s'il est réellement îvre ou s'il s'agit d'une nouvelle attaque de nos ennemis.

- Je pense aussi que nous devrions planter la tente à quelques pas de ce village puant la débauche.

Tyliûs sourit et ils se mirent en quête d'un endroit sûr situé à l'exterieur des palissades du village. La nuit était tombé plus rapidement que prévu et déjà on ne voyait plus à trois mètres devant soit. La fraicheur des montagnes attirait le brouilllard et distinguer quelque chose dans cette purée de poid y était relativement difficile.
Les deux compagnons s'étaient abrités sous de grand rochers plat qui leur servirait d'abri. Un feu crépitait à l'entrée de la grotte improvisée et la lueur des flammes se refletait sur les visages des Khuzûds. Une complicité s'était crée entre les deux nains et Tyliûs commençait à apprécier la présence du maître des runes qui avait toujours un mot pour plaisanter. Le voyage n'en était que plus détendu et plus relaché...


- Je prends le premier tour de garde, on tournera toutes les trois heures, déclara Dulind qui mit un terme au fou rire dans lequel ils avaient sombré quelque minutes plus tôt.
Tyliûs hocha la tête et s'allongea, il devait prendre du repos, ses jambes ne s'étaient pas encore remise de l'effort qu'il avait du faire dans l'auberge. Il s'endormit sans penser à comment il allait faire pour gagner la capitale du royaume des Nains avant Dulind pour reprendre le rôle du prince Alrik. S'il n'y parvenait pas des doutes se feraient et il ne pouvait pas se permettre de voir sa double personnalité brisée. Seul le Haut Roi Cassiel était au courant de la véritable identité du guerrier légendaire d'Obsolêth. Alrik n'avait jamais pu dissimuler quelque chose à son père adoptif. Les paupières du guerrier se fermèrent et il sombra dans un sommeil lourd sans rêves...

_______________________________________________________






Double compte : Akarin - Siriondil
Nain Powa
avatar
Alrik
Admin
Admin

Masculin Age : 26
Messages : 2017
Date d'inscription : 07/12/2009
Points de Progression : 0


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Hache et le Marteau (1).

Message par Dulind le Dim 18 Avr 2010 - 14:12

Les deux Nains marchaient depuis plusieurs heures déjà sur la route menant à Rik Kazad. Des voyageurs dépenaillés croisaient des caravanes marchandes.
Le Grand Marché approchait. Une fois par année, une gigantesque foire était organisée dans la capitale naine. On pouvait y trouver tout et n'importe quoi, de la soie elfique à la menuiserie humaine, en passant, évidemment, par le produit de l'artisanat nain. Il y en avait pour tous les prix, et même les bourses les plus modestes pouvaient s'acheter des babioles, ou des réserves pour l'hiver. Le Haut-Roi y veillait. Une sorte de subvention avait été instaurée sous son règne, permettant aux plus démunis de vivre décemment. Uniquement dans la capitale, malheureusement, les autres clans ayant refusé de dilapider leur or pour ces actions solidaires. Le mouvement commençait toutefois à Obsolêth, mais dans une moindre mesure.

Dulind remit en place son grand sac sur ses épaules. Le cuir était élimé par endroit. "Il faut que j'en rachète un au Marché, pensa-t-il. Il avait de la chance, car les meilleurs travailleurs du cuir se retrouvait pour l'évènement, et il pourrait donc sans doute en trouver un à sa convenance. Le maître des Runes rompit le silence qui régnait entre lui et son compagnon depuis plusieurs minutes:
- Tu sais, Tylius, j'ai repensé à l'attaque des renégats. Sais-tu ce qu'ils cherchent en nous tuant ? Ce pourrait-ce qu'ils aient entendu parler du Marteau du Tonnerre ?

- C'est même probable. Je suppose qu'il leur a été facile d'introduire un espion dans la réunion des Rickaruns... Lorsque de telles assemblées ont lieu, il y a souvent possibilité de profit. L'attentat a du être commandité par un noble avide de richesse ou de puissance...


- Hmm... peut-être. Cela se pourrait aussi qu'une guilde des Runes d'un autre clan souhaite s'approprier la relique...

- Où est l'intérêt ? De toute façon, tous les Arkhandrazkal et Rhunki pourront l'étudier, pas seulement toi!

- Oui évidemment. Mais les Thurgrinds ? La Guilde d'Obsolêth a tout fait pour qu'ils n'aient pas d'échos de cette affaire, pour que ce soit la Cité Lunaire qui récupère le Marteau. Par malchance, il se peut qu'un Thurgrind haut placé en ait entendu parler, et fasse maintenant le nécessaire pour s'approprier l'artefact. Après tout, il est tout près de Karak Draka. Il a pu envoyer un message par relais de poste, et ainsi nous devancer. Sauf que si nous arrivons avant et surtout, le récupérons avant, son plan tombe à l'eau!


- Oh, oh... Calme-toi, mon ami. Ne t'emballe pas comme ça! Ta supposition est plausible, certes, mais rien ne sert de nous inquiéter à l'avance. Je n'oublie pas, moi, que tu es le seul Maître des Runes à avoir les compétences et le savoir nécessaire pour récupérer le Marteau. Les Thurgrind ont très peu de Maître des Runes parmi eux, et aucun d'entre-eux n'est probablement capable de forcer les protections qui l'entourent. Si ce que tu as lu est véridique, bien sûr...


- Oui, tu as sans doute raison..., abdiqua Dulind.

***

Ils n'avaient pas reparler de l'attaque de l'auberge depuis cette discussion.
Selon Dulind, il ne leur restait que quelques jours de voyage. Ils se reposaient dans une grotte inhabitée, lorsque Dulind se figea.
- Par tous les dieux! Regarde-ça Tylius, non mais regarde-moi ça!!!, s'exclama-t-il, tout excité, en pointant du doigt la paroi de pierre.
- Quoi donc, bon sang ?!, répondit celui-ci, rendu nerveux par l'agitation de son compagnon. Il dégaina instinctivement son bâton-lance et se mit en garde.

- Pose donc ton arme!

Le Maître des Runes éclaira la paroi de son bâton et les deux Nains furent aveuglés par une puissante lumière.
- Haa! Par Valaya, qu'est-ce ? s'écria Tylius après que Dulind eut éteint son sceptre.

- Ha,ha! Je pense le savoir! Du Brynduraz, la Gemme de Lumière! exulta le Maître des Runes. C'est un matériau utilisé dans la gravure des Runes, plus rare que le diamant. Imagine sa brillance lorsqu'il est taillé, s'il nous aveugle déjà brut! Nous devons rester ici quelques jours afin que je puisse le récolter, fit-il en détachant une pioche de sa ceinture. La lame était ornée de Runes Tranchantes, ce qui lui permit de dégager un gros morceau de roche dès le premier coup. Il trouva plusieurs morceaux de Brynduraz parmi les débris.

- Heu... Dulind, l'interrompit Tylius, on doit vraiment rester ici plusieurs jours ?

- Enfin, mon ami! Je pourrai tester des dizaines de nouvelles runes dessus, et forger des armes d'une puissance inégalée, lui répondit fébrilement le Rickarun. Je t'en passerai même plusieurs échantillons. Le moindre cristal vaut des dizaines de pièces d'or, et vu ce qu'il y en a ici, nous pourrions tous les deux devenir immensément riches. Mais là n'est pas la question, puisque je dois en garder la majeure partie pour la forge. Il faudra se résoudre à signaler le gisement au thane de la région, mais rien ne nous empêche en attendant de le soulager de quelques gemmes, n'est-ce pas ? dit Dulind avec un clin d'oeil.

Tylius soupira, un demi sourire aux lèvres, et s'assit, pendant que son ami lui expliquait les nombreuses propriétés du Byrnduraz.

Spoiler:
Premier RP de la semaine: + 10 PV siouplé!
Yuke: il s'agit de ton second RP de la semaine. Je rappelle (en prévention ^^) que ceux qui tentent de frauder seront sanctionnés. Faites donc attention à bien respecter les règles des stats... Validés =)
avatar
Dulind

Masculin Age : 21
Messages : 537
Date d'inscription : 22/03/2010
Points de Progression : 50


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Hache et le Marteau (1).

Message par Alrik le Jeu 22 Avr 2010 - 2:46

Dulind passa deux jours entier à taillader la roche dans tous les sens pour en tirer un maximum d'éclat de cette pierre aux capacités fabuleuse. Elle permettait de forger des runes aussi puissante que dangereuse d'utilisation, Tyliûs aimait observer son compagnon dans son oeuvre toutefois il ne pouvait s'empêcher de penser comme Alrik. Il était lui aussi un maître des runes très puissant même plus que Dulind en verité et il était tout à fait intrigué par les capacités du Khuzûd à la barbe grise. Si on l'avait choisi pour aller récupérer ce marteau runique ce n'était pas pour rien pensait il depuis quelques jours. Toutefois personne n'avait jugé bon de le prévenir des talents du jeune Nain, peut être avaient ils peur pour sa sauvegarde. Peut-être craignait il que le légendaire guerrier ne soit pas digne de confiance... Tout un tas de supposition s'imposait à lui alors qu'il observait le travail minutieux de Dulind au marteau et au burin. Il tapotait prudemment à quelques centimètres de la pierre scintillante pour ne pas l'abimer lorsqu'il frapperait. Le burin s'enfonçait alors dans la roche dans un son mélodieux et progressivement des éclats de pierre grise tombait et une faille se créea entre le Byrnduraz et la paroi. Ainsi il replaçait avec minucie son burin et frappait à nouveau pour arracher la gemme de son logit. Il avait déjà récolté un bon sac de cette pierre précieuse et il semblait satisfait de son travail.
Le soir du second jour alors que Tyliûs avait observé les allentours et s'était rendu au village pour acheter des provisions, les deux compagnons se réunirent autour d'un bon feu que Dulind avait soigneusement préparé. Tout ce qu'il faisait était parfaitement réalisé dans les moindres détails, les reflexes de vrai et puissant maître des runes. Ils étaient de vrai maniaque, frillants de la perfection. La viande crue d'aurochs grillait sur une tige de métale suspendue au dessus du feu, du moins ce qu'il restait autour de l'os de la carcasse. Tyliûs rompit le silence:


- Nous nous remettons en route demain matin à l'aube nous n'avons que trop trainé ici.

- Je suis désolé d'avoir ralenti notre voyage ami, s'excusa Dulind d'un signe de tête, mais le Byrnduraz est une pierre qui peut nous apporter bien plus qu'une perte de temps de quelques jours.

- Oui, je suis juste inquiet. Nous ne devrions pas rester trop longtemps au même endroit. Nous simplifions beaucoup trop la tâche de ceux qui nous poursuive. Il faut que tu arrive à Rik Kazad demain soir et pour cela il faut nous reposer.

- Tu es bien confiant. La route est encore longue comment ferons nous pour faire tout ce chemin aussi vite? demanda Dulind.

- Tu le saura demain matin maintenant dors, je prends le premier tour de garde.

Tyliûs n'avait pas fais qu'acheter des vivres au village, il s'était renseigné discrêtement sur les mouvements qu'il y avait eu en son sein. Il s'est averé que deux Nains au tein mat étaient déjà sur leurs trace. D'après les descriptions des villageois ils ne faudraient pas tomber entre leurs mains, c'est pourquoi Tyliûs s'agittait cette nuit là. Ils étaient en danger et il ne voulait pas que la vie de Dulind, la sienne et la mission soit compromis par la faute d'une vulgaire gemme. Bien sûr cet échantillon lui servirait pour les objets qu'il forgeait pour son marché à Rik Kazad toutefois il n'avait pas envie de se battre contre une tripotée de guerrier assoiffé de sang jusqu'à Rik Kazad. Du moins il saurait tout faire pour que rien n'arrive à son compagnon. C'est pourquoi il avait pris sa décision, dans le font de la grotte attendait deux créatures que Tyliûs avait acheté de par sa réputation, deux Chamois des montagnes parfaitement dressés. Le premier portait une robe brune tachetée de noir tandis que le second était plus claire. Le guerrier de légende prendrait le premier pour ne pas être visible tel un phare dans la nuit. Il laissa un mot au Maître des Runes ou il lui donnait rendez vous à la sortie de Rik Kazad. Il aurait ainsi le temps d'endosser la peau d'Alrik un moment et repartir en temps que Tyliûs Lance-Lunaire. Il y avait du mouvement à l'exterieur il fallait se hatter, leurs poursuivants s'étaient rassemblés et avaient organisés une battue dans les bois, Dulind ne devait pas être découvert.
Il camouffla la grotte du mieux qu'il pu en éparpillant les cendres du feu qui avait servit à cuire la chaire d'auroch et il tira la couche du maître des Runes à l'endroit le plus sombre de la grotte. S'ils entraient pendant la nuit avec une torche les gemmes illumineraient l'abri et les empecheraient de voir correctement, c'était la meilleure cachette pour le maître des runes. Lui devait s'occuper d'éloigner au plus loin ses guerriers, les deux Khuzûd au tein mat ne lui était pas inconnu, c'était des mercenaires avide de sang et d'argent. Ils feraient tout pour un sac de pièces scintillante et grinçante. Ils étaient des guerriers accomplit et beaucoup trop puissant pour le jeune maître des runes. Tyliûs enfourcha sa monture verifia que son bâton lance était bien à sa place entre ses omoplates et d'un coup de talon bien placé dans les côtes du chamois il fila, droit vers les premiers mouvements dans la forêt. Cela promettait d'être une nuit agitée et ensanglantée pour les serviteurs des jumeaux car le légendaire guerrier était persuadé qu'ils ne se présenteraient pas eux mêmes dès le premier affrontement. Ils voudraient tester les capacités de leurs adversaires avant de se jeter dans la mêlée. Tyliûs était prêt à cueillir toute menace sur son compagnon de route, son ami. Il disparu dans la nuit et déjà les cris d'alerte retentirent...

_______________________________________________________






Double compte : Akarin - Siriondil
Nain Powa
avatar
Alrik
Admin
Admin

Masculin Age : 26
Messages : 2017
Date d'inscription : 07/12/2009
Points de Progression : 0


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Hache et le Marteau (1).

Message par Dulind le Jeu 22 Avr 2010 - 16:09

Dulind avait généreusement pesté contre son compagnon absent lorsqu'il avait vu la créature qui devrait lui servir de monture durant le restant du voyage. Pour toute explication, Tylius lui avait laissé un parchemin:

Bonjour mon ami. J'espère que la nuit a été bonne. Je suis parti en avant, retrouve-moi à Durn-Rik. Le village se trouve à environ 4 kilomètres de Rik Kazad. Rendez-vous dans l'après-midi, à l'hôtel de ville.

P.S: J'espère que tu n'as pas le mal de mer...


- Il se croit drôle en plus, marmonna Dulind dans sa barbe.
Il avait tranquillement déjeuné, puis avait rassemblé ses affaires et solidement fixé le sac de Byrnduraz à son bagage. S'il avait facilement réussi à hisser ce dernier sur le chamois, il n'en avait pas été de même pour lui et, après plusieurs essais infructueux, il s'était rendu à l'évidence qu'il lui fallait enlever son armure. Lorsqu'il partit enfin, les rayons du soleil frappaient déjà fort dans son dos, tandis qu'il se dirigeait vers l'ouest. Il lui avait fallu un petit moment pour maîtriser sa monture cornue, mais elle s'était avérée bien élevée et disciplinée. "A cette allure, je serai largement dans les temps!

L'influence de la capitale se voyait déjà alors qu'il restait près de cent lieues à parcourir. Les voyageurs étaient bien plus nombreux que d'habitude, et il n'était pas très discret sur son chamois blanc. Il décida donc de couper par la forêt, afin de se soustraire aux regards curieux des passants. La créature à longs poils n'avait aucune difficulté à avancer en terrain accidenté, aussi progressa-t-il à une allure rapide. Une heure passa.
Il n'était plus qu'à quelques dizaines de lieues du point de rendez-vous lorsque qu'on l'apostropha:

- Oh, toi! Arrête-toi!

Le Maître des Runes vit sa route barrée par deux individus à la mine patibulaire et au nez rougeaud. "Sans aucun doute des bandits de grands chemins, pensa-t-il.

Il se trompait. Il comprit son erreur lorsque le premier Nain demanda à son compagnon:
- Hé, Gruli, c'est bien celui que cherchent les Jumeaux ?

- Wé, je crois bien! T'inquiète mon gars, c'est pas à toi qu'on en veut! fit-il en s'adressant à Dulind. On veut le joli petit sac que tu transportes!

Le Rickarun fit mine d'enlever son sac à dos. Il avait parfaitement compris ce que voulait les voleurs, mais il y avait une infime chance que ceux-ci soient de simples brigands.
La réponse fusa.

- Joue pas au con avec moi, espèce d'agitateur de foire. Je sais pas faire des étincelles avec un bâton, mais je peux te découper... avec ça!*

Joignant le geste à la parole, il dégaina sa hache. Une arme de fer de moindre qualité, mais Dulind n'avait pas son armure. Celui-ci riait intérieurement de la stupidité de ses assaillants. De parfaits cobayes pour le sort qu'il avait récemment appris.
Elevant son sceptre, il prit une pose menaçante et entonna une litanie:
- Um altruk rekark! Tor diviniv tondars! Ot alras Run!

Ne me prenez pas pour un magicien de pacotille, misérables voleurs! tonna-t-il. Sa voix résonnait puissamment.

Il était maintenant entouré d'une aura scintillante. Un voyageur lambda aurait été simplement intrigué, à la rigueur légèrement apeuré. Mais pour quelqu'un soumis à un sortilège d'Illusion, c'était un spectacle terrifiant. Les victimes pouvaient voir de gigantesque créature foncer sur elles, ou encore croire leur adversaire haut de plusieurs mètres. Ce fut apparemment un mélange des deux pour ses assaillants, qui devinrent blêmes en quelques secondes, et s'enfuirent à toute jambe, laissant le Maître des Runes hilare sur sa selle.

Dulind riait encore lorsqu'il arriva aux portes de Durn-Rik. Les gardes le laissèrent passer, et il se dirigea vers l'imposant bâtiment de pierre clair au milieu de la bourgade. Il était parfaitement à l'heure pour ses retrouvailles avec Tylius...

* Petite référence au Donjon de Naheulbeuk. (Mais si, réécoutez attentivement ce que dit le barbare aux gardes des portes de Schnafon^^!)

Spoiler:
Premier RP de la semaine (enfin je crois, Yuke, non ?^^) + 10 PV pls Smile.
Yuke: ok.
avatar
Dulind

Masculin Age : 21
Messages : 537
Date d'inscription : 22/03/2010
Points de Progression : 50


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Hache et le Marteau (1).

Message par Alrik le Lun 31 Mai 2010 - 11:52

Hrp: Désolé pour le retard vraiment énorme Dulind Sad
J'ai aimé cette allusion au seigneur des anneaux: "Ne me prennez pas pour un magicien de pacotille" classe Smile


Tyliûs lance lunaire s'était jeté dans l'obscurité de la nuit sur son chamoi au pelage grisé. Il devait s'éloigner le plus possible de la grotte ou dormait Dulind, il ne devait en aucun cas être melé une nouvelle fois aux affrontements contre ces assassins sans le moindre scrupule. Tyliûs devrait mener son enquête pour savoir qui avait intérêt à empêcher la découverte de l'artefact runique et à qui cela profiterait que les deux Nains le découvre... Les méninges du guerrier de légende turbinaient pour trouver les réponses aux questions qu'il se posait, un seul nom lui venait en tête...
Un trait siffla dans l'air à quelques centimètres au dessus de sa tête, c'était passé juste, très juste. Derrière lui, une demi douzaine de cavalier l'avait pris en chasse, monté sur des poneys de montagne des Nains camoufflés sous des tenues sombre le poursuivait. L'obscurité de la nuit genait la vision du guerrier il ne pourrait pas combattre six cavaliers dans le noir de la forêt. Il ne voyait même pas ou il allait par chance, c'était sa monture qui le conduisait et pas lui qui conduisait. Le chamoi savait ou aller et son agilité sur les rochers aiguisés lui permettait de distancer rapidement ses poursuivants. Toutefois Tyliûs ne voulait pas les semmer, ils devaient le voir pour qu'il les conduisent loin de la cache de Dulind.
Ses longues dreds noir fouettaient son visage et d'un geste rapide de la main il les chassa de son champ de vision. Il voyait les arbres et les rochers passer à une vitesse folle à coté de lui. Il se sentait plus que jamais vivant sur ce destrier de fortune.
Un trait filla à nouveau dans sa direction et le manqua grace à une habile esquive de sa monture. Il avait compris qu'il devait protéger la vie de son maître et ses reflexes naturels lui permettait de passer outre les attaques des poursuivants.
Désormais ils étaient assez loin de la cachette de Dulind, Tyliûs dans un mouvement artisitque digne d'un grand dompteur de chevaux, se retourna sur la croupe de sa monture et se retrouva face à ses agresseurs tandis que son dos s'appuyait contre la nuque large de l'animal. Il saisit son baton-lance et le fit tournoyer autour de sa tête avant de projeter sur l'adversaire le plus proche une boule de feu sorti de nul part. Tyliûs souriait, maintenant que DUlind n'était plus là il pouvait utiliser les pouvoirs du prince héritier du royaume des Nains. Sa magie des runes était puissante, presque autant que celle de son compagnon de voyage et la cible de son attaque fut propulsé à terre. Sa monture débarassée de son cavalier ralenti et s'arrêta un peu plus loin pour brouter un peu d'herbe fraiche. Tyliûs sourit à cette vue mais un nouveau trait vient brouiller sa vue. La pointe de la flèche filait vers sa tête et il bénit Valaya de lui avoir offert une rapidité sans pareil. Sans cela le carreau aurait terminé sa course dans le crâne du Khuzûd, mais d'un geste rapide il avait intercepté le projectile, qu'il brisa d'une pression de force.
Les cavaliers se rapprochait et Tyliûs ne comprenait pas pourquoi sa monture ralentissait, son regard se porta sur l'arrière train de son compagnon. Un carreau s'était planté dans sa chaire et le trait semblait l'handicaper grandement, le chamoi ralenti et bientôt s'effondra sous le coup de la douleur. Le sang avait trop coulé et Tyliûs ne pouvait rien faire pour l'animal, du moins pour l'instant...
Le guerrier de légende sauta à terre et insuffla dans son bâton lance son énergie magique blanche. Celui-ci s'étendit brutalement jusqu'à découvrir une pointe meurtirèrement affutée. Le court bâton s'était transformé en une lance longue et dangereuse, elle réclamait le sang de ses adversaires et les pupilles du guerrier de légende d'Obsolêth s'illuminèrent d'un blanc opaque. Le premier cavalier arrivant à sa portée s'emporta dans la feinte de mouvement du guerrier et avant qu'il ne puisse changer de direction, une lance l'avait transpercé de part en part. Tyliûs sauta sur la croupe du canasson dans une souplesse incroyable et tira la lance par sa tête en dehors du corps de son advesaire. Celui-ci mourrut avant que la lance ne l'ai traversé entièrement. Le guerrier nain au dreds noir sauta à terre et roula sur lui même, il se redressa et sa lance vient immédiatement mordre les pattes de la monture suivant. Entaillé celui-ci s'effondra et son cavalier se fracassa le crâne sur le sol rocheux, Tyliûs pivota immédiatement sur lui même pour faire face aux trois cavaliers restant. A son poignet droit, son bracelet de force s'illumina et une flamme rougeoyante fila sur le corps d'un guerrier qui se consumma en quelques minutes.
Comme envouté par son arme le guerrier de légende se laissait sombrer dans la folie de l'assassinat, il voulait massacrer tout ceux qui voulait du mal à son compagnon. Il mourrait pour protéger Dulind, non pas parce que c'était sa mission mais parce qu'ils étaient en réalité étroitement lié. Seul lui avait connaissance de ce lien, Dulind lui même l'ignorait...

Il pivota sur lui même et projeta sa lance sur un nain roux, celle-ci se planta dans son torse dans un bruit sourd et le guerrier fut désarconné de sa monture. Il se brisa les servicalles en tombant et fut piettiné par le dernier des cavaliers qui sortait de l'ombre. Un trait fila vers Tyliûs, qui fut facilement bloqué par le manche de sa lance. Une voix s'éleva alors de l'obscure, le guerrier n'osait pas se montrer, il avait compris la valeur de la légende qu'ils avaient osé prendre en chasse.


- Tu es fort Tyliûs mais les Jumeaux sont en marche et même toi ne pourra interrompre les plans de mon maître...

Il se coupa dans sa phrase et son regard se porta sur sa poitrine, une pointe affutée s'en échappait. Il ne comprenait pas mais une voix vint l'éclairer:

- Qu'ils viennent je les attends, mais sache que tant que je vivrais personne ne touchera à mon frère! souffa Tyliûs à son oreille.

Il retira sa lance et le dernier des cavaliers s'effondra sans vie... Tyliûs rengaina sa lance et elle reprit l'apparence d'un simple baton. Après quelques minutes de repos il se remit en route pour Rik Kazad ou il devait reprendre le rôle de Alrik. Il pris le soin de tracer sa route en laissant des messages à son compagnon, maître des runes dans les auberges des villages menant à la capitale du Royaume des nains. Il avait hatte de le retrouver...

_______________________________________________________






Double compte : Akarin - Siriondil
Nain Powa
avatar
Alrik
Admin
Admin

Masculin Age : 26
Messages : 2017
Date d'inscription : 07/12/2009
Points de Progression : 0


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Hache et le Marteau (1).

Message par N'Aedras le Ven 4 Juin 2010 - 16:49

Très beau RP =D
C'est palpitant, et la fin pleine de suspense... mamamia =)
Impatient de voir la démêlée avec les "Jumeaux".

Mais... Une question me brûle les lèvres: Dulind et Alrik sont frères? O..O
Ou c'est juste une formulation "être de mon peuple"?


Validations:
Dulind +103 Capaz Actives
Alrik +182 Capaz Actives


Il vous reste à me dire où vous vouley tout ça ^^

_______________________________________________________

Absent jusqu'à ce que ma box décide de marcher, avant la fin mars j'espère.
Admin responsable RP & univers de Naravel.
*Nous acceptons les âmes goûteuses en offrande dans les MP*
Oui, nous les voulons, mes précieuses...
avatar
N'Aedras
Admin
Admin

Masculin Age : 31
Messages : 4579
Date d'inscription : 07/12/2009
Points de Progression : 54


Voir le profil de l'utilisateur http://thelastairbender.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Hache et le Marteau (1).

Message par Dulind le Ven 4 Juin 2010 - 17:33

Alors aors :

30 en Puissance
30 en Concentration
25 en Intelligence
18 en Résistance

Dulind devient quelqu'un, dites-moi ! Very Happy

Edit Yuke: *prend une voix grave*
Obligatoirement un bon guerrier, de bonnes capacités ne font pas...
D'intelligence il te faudra user pour ta valeur prouver.
Pour l'heure, la force je sens monter en toi... Dans cette voie, continue, jeune nainawan...
(tes capacités, validées sont)
avatar
Dulind

Masculin Age : 21
Messages : 537
Date d'inscription : 22/03/2010
Points de Progression : 50


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Hache et le Marteau (1).

Message par Alrik le Sam 11 Déc 2010 - 15:22

Ha j'avais oublié de me mettre mes points pour ce Rp:
So pour 182 capaz actives reçu je peux en utiliser que 60 dans résistance donc et le reste soit 61 dans puissance et 61 dans concentration =)



Edit Alrik :Profil edit

_______________________________________________________






Double compte : Akarin - Siriondil
Nain Powa
avatar
Alrik
Admin
Admin

Masculin Age : 26
Messages : 2017
Date d'inscription : 07/12/2009
Points de Progression : 0


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Hache et le Marteau (1).

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum