La dernière mission de Fanaël, l'Ange des Ombres...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La dernière mission de Fanaël, l'Ange des Ombres...

Message par N'Aedras le Lun 19 Avr 2010 - 21:17

[ Ce RP est issu du RP père le Mystère sous la Flèche. Fanaël a reçu une mission mystérieuse d'Elderian en personne, qui concerne des Humains, probablement Ezzarans. Cette mission est d'une importance certaine, pour que le Prince Sombre envoie son Emissaire personnel l'accomplir. Cependant, il interdit à Fanaël de révéler un secret concernant "les siens", et consigne son gigantesque oiseau noir à Elesas, comme le supposait son perspicace élément. Ces étranges contraintes sont acceptées sans discussion par Fanaël, qui s'en va comme pour accomplir une formalité nécessaire. Ce RP commence à partir du moment où il a atteint les frontières des territoires orciques, et s'apprête à rentrer dans les terres de la rive est du Dern: les Grandes Plaines naniques.]


La ruelle pourtant noyée sous la pluie était bondée de monde. Les Orcs diurnes s'activaient quelque soit le temps; ils avaient tous l'habitude des intempéries. Ce spectacle déconcertait généralement les Humains et les Nains, qui n'appréciaient guère de se faire détremper ou glacés par les fureurs du ciel. Mais Fanaël n'avait aucune considération pour ce genre de choses. La pluie battante n'était qu'un paramètre à prendre en compte pour l'appréhension du monde, elle n'était pas plus gênante que le soleil ou le vent. Ca n'avait aucune incidence sur ce qu'il voulait faire ou était. Pour l'heure, il avançait dans une large allée, son large capuchon rabattu et l'esprit occupé par diverses pensées qui ne laissaient qu'une petite place à l'instant présent.
Sur son passage, les Orcs s'écartaient vivement, et les mères attrapaient les enfants trop agités. Ici, à Nerbeth, on avait l'habitude de voir des N'Elfir. L'une d'entre eux avait plus ou moins élu domicile dans cette cité-frontière. Son véritable nom, comme celui de tous les N'Armetla, n'était que mystère... Mais par ici, on l'appelait Mah'We, l'Oeil d'Elesas. Elle faisait peur aux Orcs. Mais beaucoup la respectaient, aussi. Elle voyait des choses que personne ne pouvait voir. Et parfois, elle aidait. Pourquoi, et comment elle choisissait, c'était obscur, mais cela arrivait.
Fanaël se dirigeait vers son repère. Mah'We ne le portait pas vraiment dans son coeur, ce ne serait pas facile d'obtenir ce qu'il était venu chercher. Il n'avait pas de doute sur sa présence; elle ne pouvait pas le fuir... Il était bien plus préoccupant de savoir comment elle allait le recevoir. Les précédentes entrevues - plutôt espacées - n'avaient guère été des plus... détendues.
Il traversa un pont de bois et de terre, pour se retrouver devant une ruelle barrée par un grande voile bleu nuit. Les Orcs aimaient faire pendre des tentures de toutes sortes dans les ruelles, comme des rideaux. Cela compartimentait la cité et donnait une impression de vivre dans une tente immense. Mais celle-ci...
Si Fanaël avait été un Orc, il serait mort au pas suivant. Mais il n'en était pas un, et s'était immobilisé devant la tenture bleue, qui ondulait soyeusement. Au premier abord, elle n'avait rien de plus ni rien de moins qu'une autre, mais en vérité... Elle n'était pas mouillée. Son mouvement gracieux n'avait pas la lourdeur d'une toile mouillée, imprégnée de pluie. C'était très astucieux. D'une subtilité étonnante, quasi indécelable. Il effleura des doigts la surface, et murmura en dialecte N'Elfir:

- Laisse moi entrer.

Il retira sa main, et attendit. Il n'y eut aucune réponse pendant quelques instants, puis, des marques plus foncées apparurent sur le tissu. Les lèvres pâles de Fanaël sourirent dans l'ombre de son capuchon, et il franchit la grande tenture. Derrière, il n'y avait nullement une rue. Il déboucha dans un jardin luxuriant où la pluie n'existait plus, ni le jour ou la nuit. Il évoluait dans un dôme de végétation étrange, qui se mouvait, mourait puis renaissait à chaque instant. Il y avait des fleurs d'un bleu insondable piqué d'étoiles scintillantes, des arbres dansants à l'écorce rouge et aux fruits d'or, des plantes multicolores grimpaient et rampaient sur le sol, déployant des coroles plus somptueuses les unes que les autres. Dans le fond du jardin circulaire, sur un trône blanc fait d'entrelacs d'une plante à épines argentées et fleurs pourpres, une beauté irréelle vêtue d'une robe semblable à ciel étoilé l'attendait. Une lueur rougeoyante illumina doucement le visage sublime de Mah'We, puis elle posa lentement et avec une grâce infinie son avant-bras sur l'accoudoir, révélant un tube fin dont le bout incandescent laissait échapper un filet de fumée violette.
Elle ouvrit la bouche, et relâcha un souffle violacé qui changea de couleur, et montra Fanaël qui enfilait une sorte de chemise à col monté des Humains. Puis soudain, de petits bras noirs entouraient son cou, faisant se dessiner un sourire sur les lèvres de Fanaël.

- Je t'ai déjà dit que ça n'arriverait pas, Mah'We, fit-il.

La vision se dissipa, puis les yeux d'une pourpre profond de la N'Elfir apparurent enfin. Elle paraissait amusée par l'annonce de Fanaël.

- Ton avenir est parmi les plus capricieux qu'il m'ait été donné d'explorer. D'ordinaire, je vois des immensités de possibilités. Grâce à ma longue vie, je comprend quels sont les chemins les plus battus. Mais pour toi... Quoique je tente d'explorer, quelque soit le chemin que tu empruntes, ta destinée passe par cet enfant. Ton enfant.
- Nous avons déjà eu cette discussion. C'est impossible. Je ne veux ni ne peux avoir de descendance. Tes illusions et tes plans tordus ne marcheront pas sur moi.
- Tu as tort de contredire l'évidence. Je n'ai jamais été aussi sûre de moi.

Elle se leva avec grâce et s'avança vers lui comme sur un nuage éthéré, et caressa son menton de sa main gantée.

- Le premier d'entre nous à avoir un véritable enfant... Je ne puis en douter... Toutes mes visions disent la même chose... Cependant...

Elle s'approcha si près de son visage, que leurs lèvres se touchèrent presque. Les derniers mots qu'elle prononça furent par télépathie:

- Il reste à savoir comment tu arrives à un tel prodige...

Les plantes aux fleurs de nuit s'enlacèrent autour de Fanaël.

- Et surtout... avec qui?

Brusquement, ce dernier s'illumina d'une lumière vive qui fit reculer vivement Mah'We, comme si elle venait de se brûler. La végétation du jardin sembla gémir sous cette lumière, et mourut aussitôt, comme déséchée.

- A... Arrête... fit la N'Elfir, étouffant. Qu... Que... fais... tu?

La lumière s'intensifia, devenant complètement aveuglante. La voix de Fanaël sembla jaillir de toute part:

- Je protège mes arrières.

Tout disparut dans la lumière, puis ce fut l'obscurité. Seuls quelques rayons pénétraient par la grande tenture bleue derrière Fanaël. La pièce où ils se trouvaient était vide et silencieuse. Il regardait la forme énorme tapie dans l'ombre, gémissante

- Le Prince Elderian t'avais pourtant prévenu d'arrêter de tourner autour de moi. Maintenant, il te condamne à rester prisonnière ici tant qu'il le jugera nécessaire...
- ... Q... Qu'es-tu?

Fanaël tourna légèrement sa tête, sans pour autant se retourner, et répondit:

- Il vaut mieux que tu l'ignores.

Il s'éloigna, et souleva le rideau. Mais juste avant de s'en aller, il rappela:

- Ah, j'oubliais... Je place un champs de sûreté autour de ton antre. Si tu utilise tes dons pour me surveiller, ou si tu sors de cet endroit, le Prince en sera automatiquement au courant. Et je te prie bien de croire qu'il ne sera pas aussi délicat que cette fois-ci. Il sortit, ignorant la fureur grondante de Mah'We, et prononça le sortilège qui engloba l'antre de la N'Elfir.

La chose faite, il se mit en route vers l'est de la cité, et les Grandes Plaines naniques. Toutefois, les paroles et la vision de Mah'We continuèrent de le faire réfléchir. Il n'arrivait pas à croire ce qu'elle affirmait avec tant de conviction. Ce n'était pourtant pas si récent... Mais cela paraissait si inconcevable.

Un enfant?? Son enfant?...
Comment... Où... Qui?!

Mais ce n'était pas le temps des questions. Il devait faire confiance à Elderian.



**************************
Spoiler:
Capaz en Puissance
1er RP de la semaine: +1 Pièce d'Argent Edit Yuke: validé
validation:
Edit Yuke: +24Pui réparties


Dernière édition par Yuke le Jeu 6 Jan 2011 - 15:37, édité 3 fois

_______________________________________________________

Absent jusqu'à ce que ma box décide de marcher, avant la fin mars j'espère.
Admin responsable RP & univers de Naravel.
*Nous acceptons les âmes goûteuses en offrande dans les MP*
Oui, nous les voulons, mes précieuses...

N'Aedras
Admin
Admin

Masculin Age : 30
Messages : 4578
Date d'inscription : 07/12/2009
Points de Progression : 54


Voir le profil de l'utilisateur http://thelastairbender.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dernière mission de Fanaël, l'Ange des Ombres...

Message par N'Aedras le Sam 15 Mai 2010 - 15:37

[Ce RP se situe peu après l'Affrontement contre le Conteur. Fanaël s'est aventuré à l'ouest, sur les Grandes Plaines du territoire Nanique. Il longe les frontières des contrées Ducales, s'apprêtant à passer au sud d'Alcantare, la Cité des Chants, se tenant ainsi loin des grandes garnisons humaines et naniques.]

Fanaël ouvrit ses yeux pâles sur le firmament encore étoilée en cette heure matinale. La caresse du vent s'était faite plus mordante depuis qu'il voyageait à cette latitude. La transition vers l'époque chaude s'amorçait, mais les piques froides revenaient régulièrement rappeler que ce n'était que partie remise, et qu'il ne s'avouait pas vaincu pour une bataille perdue. Perché en haut d'une colline solitaire dans cette immensité encore noyée dans la pénombre, parsemée de la brume qui déposait le gel du matin en contrebas, sa silhouette ondulait par à-coups au gré du vent mécontent. Ce dernier semblait chercher à lui arracher sa cape magique, dont la teinte se confondait aisément avec le paysage: il la faisait claquer dans des rafales furieuses, ulcéré que Fanaël n'y prête guère plus d'attention qu'au nuages qui filaient rapidement au sud. Le visage albino de Fanaël glissait lentement de la plaine immense recouverte de nappes de brouillards fantomatiques aux formes menaçantes des nuées qui défilaient incessamment dans le ciel timide. Il y avait dans ce paysage une atmosphère menaçante et mystique, dont l'essence semblait se refléter et se dissoudre dans le regard envoûtant de celui qui le contemplait, l'observait et le décortiquait dans ses moindres détails. Car s'il eut pu sembler que Fanaël contemplât la beauté des Grandes Plaines de Geadrâs, en réalité, il n'en était rien. Ou du moins, pas dans l'immédiat. Comme tous les N'Elfir, il avait appris à détacher ses perceptions de sa réflexion propre, ce qui lui permettait de réfléchir à des problèmes extrêmement complexes, tout en ignorant totalement les éléments inoffensifs de son environnement, et malgré ça, de pouvoir les stocker avec une précision stupéfiante dans sa mémoire. Cela faisait longtemps que Fanaël n'avait pas foulé ces terres sauvages, et les souvenirs qu'il en gardait étaient pour la plupart désagréables. En tous les cas, il n'avait nuls envie et besoin de se les remémorer dans l'instant, car ses priorités étaient tout autres. Le temps lui faisait défaut, et il n'avait pas le droit à l'échec. L'absence de son compagnon ailé l'obligeait à recourir constamment à la magie, exercice auquel il n'était guère habitué. Toutefois, il avait conscience que son physique, relativement exceptionnel parmi les N'Elfir, était la seule chose qui lui avait permis de tenir aussi longtemps. Un N'Elfir versé totalement dans la magie n'aurait pas pu couvrir une telle distance en si peu de temps sans l'aide de son Familier, ou sans utiliser de magies si puissantes qu'elles auraient averti la moitié du Royaume Elfique à l'instant où elle serait proférée. Car si Fanaël n'était guère émérite dans les arts complexes de magie, sa rapidité et son endurance devaient bien être supérieure à celle des Houps des montagnes du Nord. Toutefois, il en paierait le prix fort. Arrivé à destination, il n'aurait pas d'autre choix que de se dissimuler de tout ennemi potentiel. Une rencontre avec un Elfe ou un mage serait des plus désastreuses. Pourtant, son objectif lui imposait d'avoir la capacité d'y faire face, mais il n'y parviendrait pas à temps s'il n'utilisait pas toutes ses capacités pour déjouer la roue de l'éternité.
Les nuages étaient très hauts et accéléraient continuellement. Le brouillard ne se dissipait pas. Une tourmente se jouerait sûrement sur les Chaînes des Naug bientôt. Sauf si tout changeait, et qu'à ce moment le tout revienne en force sur les Grandes Plaines. Fanaël avait pris sa décision: il allait changer de route et passer par le Nord d'Alcantare. Il y serait plus loin des terribles ouragans de la saison. Et quelque chose l'appelait dans cette direction. Une intuition, peut-être.
Soudain, un cri strident traversa le ciel. Une petite forme sombre se découpa sur la voûte céleste, produisant un frottement répétitif. Fanaël tendit son bras, et un oiseau au plumage d'encre s'y posa. Il replia ses trois ailes dorsales gracieusement, n'arborant plus qu'une crête ventrale imposante qu'il ébouriffa avec contentement. Son maître l'approcha face à lui, et émit une suite de sons animaux. Le volatile lui répondit longuement, puis Fanaël le renvoya dans le ciel après lui avoir adressé à nouveaux quelques bribes de sons similaires.

- Fuir dans les Grandes Forêts Elfiques par le Yana... Ingénieux... Mais c'est mal connaître le Prince des Ombres...

Quelque part en contrebas, la nappe blanche de bruine se souleva, et une ombre ramassée en sortit, progressant rapidement vers le promontoire où se trouvait Fanaël. Celui-ci ne daigna pas le regarder avec ses yeux. Il avait conscience depuis longtemps de son approche. A vrai dire, avant même que ses capacités lui ait permis de le sentir, puisqu'ils avaient rendez-vous ici-même.
La silhouette grimpa jusqu'à lui: sa taille laissait entendre qu'il s'agissait probablement d'un Nain. L'arrivant s'agenouilla et prononça, dans un langage étrange, inconnu sur Geadrâs:

- Mes salutations, ô Lumière parmi les Ombres. J'ai cru que vous ne répondriez pas à mon appel.

Etant donné le timbre de la voix, il ne s'agissait nullement d'un Nain, mais d'une Naine. Fanaël tourna enfin la tête vers elle, et répondit dans la même langue codée:

- J'ai de nombreuses obligations en ces temps de changements. Mais cela ne change pas notre entente. Pourquoi vouliez-vous me voir, Naccundr Fille-d'Angesh?

La réponse détendue sembla soulager grandement la naine, qui se redressa et ôta son capuchon pointu, révélant une coiffure en tresse unique qui partait de son front pour cheminer jusqu'à sa nuque. Cet ornement s'enroulait ensuite autour de son cou en plusieurs tours, laissant deviner la longueur impressionnante de sa chevelure relâchée. Ça et là, on apercevait des perles et de petites pierres que seuls les Nains pouvaient détenir, qui luisaient d'étrange façon sous les étoiles. On décelait immédiatement des flux subtils et puissants qui s'en dégageaient. C'était de la magie d'une essence très particulière, qui s'apparentait à l'art des runes, mais beaucoup moins répandue que celle-ci. Cette magie n'était utilisée que par certaines naines, et elle se faisait nommer par ces dernières "Endt Narzÿll Od'dar", ce qu'on pouvait approximativement traduire par les "Pièges à Souhaits Cachés". Nul n'en connaissait tous les secrets, mais les naines leur conféraient des vertus protectrices puissantes, à l'instar de talismans, et n'en disaient pas plus. Ce dont Fanaël était sûr, c'est que nombre de N'Elfir vendraient leur âme -si tant est qu'ils en aient encore une- pour pouvoir détenir l'une de ces minuscules pierres, et décortiquer sa magie pour en comprendre toute la subtilité et la source. Cela dit, Fanaël savait que parmi les N'Elfir, il était le seul à pouvoir côtoyer une naine qui en portait. Et il doutait qu'elle accepte de lui en confier un. De plus, il ignorait quel effet aurait sur lui cette magie inconnue. Cela pouvait être très dangereux d'entrer en contact avec.
Mais pour l'heure, il n'en avait cure.

- Les rebelles causent de graves problèmes au Haut-Roi Cassiel. Au dernière nouvelles, les hérauts répandaient la rumeur d'une possible attaque de Dorogram, mais je ne pense pas qu'elle ait lieu: l'armée a été avertie par le Prince Alrik. Je pense qu'ils vont plutôt attaquer Barag Kazad pour s'approprier leurs armes.
- Le Haut-Roi ne pourra tolérer un tel risque. Qui a-t-il envoyé en renfort à Barag Kazad?
- Le plus sûr serait d'appeler les guerriers Thurgrind de Karak Draka, mais ce serait trop long. Ou alors, il faudrait un contingent dirigés par un général redoutable pour retenir assez longtemps les rebelles.
- A qui pensez-vous?
- Le Capitaine Kazran est tout désigné, puisque c'est sa cité. Le Haut-Roi lui enverra sûrement des troupes d'élite. Peut-être le Prince Alrik en personne et ses nains.
- ... Très bien. Ne faites rien qui pourrait attirer l'attention du Prince ou du Haut-Roi sur vous. Avez-vous terminé les préparatifs?
- Oui, presque. Il ne manque plus que l'assemblage.
- Prenez garde. Personne ne doit être au courant de notre secret. Aucun membre d'aucun peuple de Geadrâs. Méfiez-vous de tous: les personnes, les animaux, les plantes. Même du silence et du vide.
- Ne craignez rien. Les Endt Narzÿll Od'dar nous protègent.
- Ne sous-estimez pas les puissants de ce monde. Nous ne sommes que poussières dans leurs griffes.

La naine le contempla longuement, comme jaugeant tous les sous-entendus. Dans la voix de Fanaël se lisait beaucoup de choses. Il était rare qu'il se dévoile ainsi.

- ... Que s'est-il passé? demanda Naccundr, inquiète.

Fanaël ne répondit pas tout de suite, laissant le vent faire claquer leurs habits. L'aube pointait dans le ciel, et la température de la nuit était au plus bas. Quand il répliqua, ce ne fut que dans un murmure qui se perdit presque aussitôt dans le souffle du ciel:

- Cela approche. Je n'ai plus le temps...

La naine sembla bouleversée par ces paroles, mais les contint. Elle n'avait pas le droit d'alourdir le fardeau qui incombait à Fanaël. Elle devait le soutenir du mieux qu'elle le pouvait.

- Ne vous laissez pas abattre par ces épreuves. Ils ont besoin de vous.

Les yeux d'albâtre s'abattirent sur elle comme la foudre sur la terre. Elle sentit une pression inconcevable s'exercer simultanément sur son corps et son esprit. Sur le tertre, toute l'herbe se mit à dessécher, et le vent cessa d'un seul coup. Naccundr pensa qu'elle allait mourir. Cela n'était qu'une infime partie du fardeau qui pesait sur Fanaël, et pourtant, cela l'amenait déjà à la frontière de la mort. Comment pouvait-il endurer sa propre existence? Elle ne chercha pas à lutter, laissant ce dernier choisir ce qu'il convenait de faire.
Soudain, la pression se retira. Quand elle recouvra la vue, Fanaël était de dos. Sa voix avait recouvré une froideur glaçante quand il annonça:

- Faites savoir à Tianûd que je ne faillirai pas. Qu'elle se tienne prête le moment venu.

Naccundr hocha la tête.

- Pardon...

Fanaël recouvrit sa tête, et devint aussitôt presque invisible. Il s'élança vers le Nord-Ouest, couvrant d'un bond une distance phénoménale. Naccundr le perdit de vue en quelques fractions de secondes, puis sourit.

" Bonne route, Lumière parmi les Ombres.
Puissent-ils te voir et te toucher
avant que ta lueur ne sombre...
Car ta faim te guette, avant le bûcher...

Nul bonheur pour toi et les tiens,
Triste et douloureux sera votre chemin
pour découvrir votre destin.

File au vent, ne t'éteins pas.
Ils n'ont que toi pour guider leurs pas.
Tel est le fardeau qui t'étreint
Ô toi, qui fut premier des vains.

Quitte tout ce que tu as
Pour être qui tu seras,
Et alors seulement tu sauras.

Bonne route, Lueur qui Tombe..."



********************

Spoiler:
stats en Concentration
1er RP de la semaine: 1 Pièce d'Argent Edit Yuke: validé
Spoiler:
Edit Yuke: +38Con réparties


Dernière édition par Yuke le Jeu 6 Jan 2011 - 15:41, édité 2 fois

_______________________________________________________

Absent jusqu'à ce que ma box décide de marcher, avant la fin mars j'espère.
Admin responsable RP & univers de Naravel.
*Nous acceptons les âmes goûteuses en offrande dans les MP*
Oui, nous les voulons, mes précieuses...

N'Aedras
Admin
Admin

Masculin Age : 30
Messages : 4578
Date d'inscription : 07/12/2009
Points de Progression : 54


Voir le profil de l'utilisateur http://thelastairbender.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dernière mission de Fanaël, l'Ange des Ombres...

Message par N'Aedras le Ven 4 Juin 2010 - 8:32

[Fanaël se trouve sur les territoires humains, au nord d'Alcantare. Quelque jour avant sa rencontre et le combat cérémoniel contre un jeune Elfe.]


Les clameurs des hommes montaient vers le ciel rougeoyant du crépuscule. On entendait des appels d'un peu partout, et les habitants du petit village sortaient avec forces exclamations: leur excitation flottait dans l'air avec vivacité. Sous les coudes, des instruments de musiques, de la nourriture, des couvertures, des ustensiles de cuisine mêlés à ceux de jonglage. Les enfants se faufilaient entre les jambes trop lentes des adultes, tenter de s'attraper ou de se rattraper, avec parfois des bouts de bois en guise d'épées ou de lance, des saladiers en guise de casques. Des fenêtres, des chants fredonnés s'écoulaient joyeusement sur les ruelles de terre battue. De nombreuses carrioles revenaient des champs, transportant jusqu'à une bonne douzaine de paysans, parfois. Leurs capes empilées sur les rambardes des carrioles, ils saluaient les femmes aux fenêtres avec des couplets improvisés, des signes entendus, ou des compliments charmeurs. Certains d'entre eux portaient des couronne des premières fleurs de l'année, ou en avaient une entre les lèvres. Plus on approchait du centre du village, et plus le brouhaha se faisait intense, avec une cacophonie d'orchestrions qui jouaient des morceaux différentes. Par le nord et l'ouest, des caravanes entières débarquaient les passagers des villages voisins, qui se mêlaient à la foule sans hésitation.
Fanaël fronça imperceptiblement les sourcils devant ce capharnaüm barbare. Globalement, cela était assez désagréable pour son ouïe plus efficace que celle des Humains. Mais curieusement, l'atmosphère dégageait quelque chose de plaisant. Ce n'était pas la première fois qu'il profitait ainsi d'une ambiance festive dans les Royaumes Humains, mais chaque bain d'émotions de cette sorte était unique. D'autant que c'était la première fois qu'il y avait été convié directement par l'un des humains qui participait à la fête. A sa droite, les jambes ballantes à travers les barreaux de la carriole, un petit garçon aux cheveux en bataille lui adressa avec un accent sympathique:

- Tu devrais retirer ton capuchon ici! Les gens sont beaucoup maintenant... La feria va commencer: personne ne fera trop attention à toi.

Fanaël se découvrit lentement, révélant son albinisme surprenant. Il l'était d'autant plus au milieu des Humains: son aura évanescente le faisait paraître comme la lune au milieu du ciel noir. De nombreux visages se tournèrent vers lui, béats. Plusieurs personnes s'arrêtèrent et le dévorèrent du regard pendant plusieurs instants avant de se reprendre. Chacun ici le prenait pour un Elfe. Pour plusieurs raison. La première était son apparence. Même s'il ne portait pas de cape elfique (c'est une chose qu'on ne peut pas imiter totalement, même par magie), sa lueur étrange rassurait et faisait faire le rapprochement immédiat. Ensuite, il était tellement improbable que quelqu'un se dissimule sous l'identité d'un Elfe que cela diminuait les soupçons. Ensuite, la plupart de ces gens avait rarement vu des Elfes de près, si il en avaient vu un un jour. Et enfin, la joie et la fascination l'emportait plus vite que la méfiance.
Toutefois, Fanaël ne se leurrait pas. Les soldats vétérans, les grands voyageurs, même si peut-être ils ne pourraient pas le déterminer clairement, verraient certainement qu'il y avait quelque chose d'inhabituel s'ils avaient l'occasion de l'approcher ou de lui parler. Cette vigilance aux bords de son esprit, il prenait note de chaque chose autour de lui. Les senteurs, le goût, les couleurs, les formes, les comportements, les bruits... Parfois, il renonçait à l'éducation N'Elfir qui le poussait à tout décomposer, tout comprendre et tout analyser; il se contentait juste de ressentir pendant quelques instants.

- Regarde! C'est "Las Coplas"!

L'enfant se dressa dans la carriole qui n'avançait presque plus dans le flot de gens incessant, alla au bord et sauta au sol. Sans prévenir, il saisit la main de Fanaël, mais s'arrêta aussitôt. Il leva son regard vers ce dernier. Fanaël était petit pour un Elfe, ou parmi les N'Elfir. Ce n'était pas vraiment une chance: cela était souvent considéré comme un défaut -un arbre qui n'aurait pas grandi parait ridicule auprès de ses voisins-, mais c'était parfois aussi un avantage, quand on le sous-estimait à cause de cela. Dans le cas présent, il se noyait dans la foule sans trop de problème, ce qui empêchait les gens trop éloignés de le remarquer trop directement.

- Tu es froid... fit l'enfant. Tu es malade?

Fanaël avait oublié ce détail. Les Elfes et les Humains possédaient une chaleur intense due à la "lumière" qui était en eux. Depuis que les N'Elfir avaient été banni, cette chaleur avait disparu de leurs êtres. Cette surprise aurait pu confondre Fanaël auprès d'un adulte, qui se serait méfié de ça. Heureusement, l'enfant n'avait pas l'expérience lui permettant de juger sur ce point. Il sourit au jeune garçon, et s'accroupit pour lancer un sort discret qui illumina sa main. L'enfant, émerveillé de voir un sort, oublia l'effet glaçant de la peau, et quand le tour fut fini, la peau de Fanaël avait recouvré une chaleur factice. La diversion avait fonctionné:

- C'était de la magie! Tu es un magicien?!

Fanaël fit en se relevant:

- Je connais quelques tours.

Son accent semblait vraiment étrange comparé à celui de l'enfant. Il se concentra sur son audition et sa vue pour analyser les prononciations alentours.

- Viens! Je vais te montrer Naghie... C'est la magicienne de notre village!

Bien que peu enchanté à l'idée de se faire découvrir, Fanaël ne pouvais pas décemment refuser l'invitation, geste auquel le garçon allait probablement répondre par un comportement des plus tapageurs, ce qui serait encore pire... Ils se faufilèrent donc entre les passants enthousiasmes, qui dévisageaient Fanaël dès qu'il traversait leur champs de vision. Certains approchaient parfois leurs mains, pour s'assurer qu'il était bien réel. Souvent, après la surprise quelque peu réprimée, ils le saluaient comme les Humains doivent le faire lorsqu'ils croisent une Feuille Souple. Pour lui, ce cérémoniel était d'un ennui incommensurable, c'est pourquoi il y prêtait moins d'attention qu'à la texture sur sol sous ses pas. A force d'exclamations et de chants, Fanaël parvint à isoler les sons qu'il déformait. Les humains d'ici avaient un parler étrange, plus délié que dans les cités. L'accentuation de l'intonation s'inversait, et ils parlaient globalement plus grave. L'enfant lui lâcha la main lorsqu'ils débouchèrent dans une ruelle presque vide, qui s'éloignait de l'allée centrale du village. Des marches de terre grimpaient sur une cinquantaine de mètres, jusqu'à aboutir à une bâtisse ronde et haute, dont le sommet était ceint d'une plateforme d'observation. Un lieu typique pour un sage qui désire s'élever au dessus des autres pour comprendre le monde depuis les cieux. La mégalomanie des mages humains n'était plus un doute, mais que les paysans d'ici aient construit une telle demeure pour leur magicienne ne pouvait signifier que deux choses: soit elle était fort respectée... Soit elle se servait d'eux grâce à sa magie.
Fanaël fronça les sourcils, et osa déployer son mental sur les environs. Aussitôt, un crissement vif et violent l'assaillit, et tout le village s'hérissa d'enchantements répulsifs. A toutes les portes, fenêtre, tous les talismans des habitants se mirent à émettre une lueur inquiétante. Brusquement, un silence de mort était tombé sur les villageois en liesse quelques secondes auparavant. Mais, sans prévenir, une voix de femme résonna dans tous les esprits:

- N'ayez crainte... J'ai un invité, ce soir. Reprenez l'équinoxe.

Fanaël avait refermé son esprit, masquant la défense des enchantements. La présence psychique de la magicienne se fit plus intense autour de lui. Il la sentit l'observer, puis elle l'invita:

- Nous t'attendions, Fils d'Hiver...

Stupéfait, il leva les yeux dans le ciel aux teintes orangées. Un sifflement strident, unique, répondit à sa question muette. Il entreprit de graver l'escalier de terre jusqu'à la demeure de la magicienne.

Ou plutôt, l'antre de la Sorcière.
Car c'en était une.
Mah We, la devineresse de Nerbeth, l'avait averti:

"Innocence trouveras,
La main prendras,
Fils d'Hiver nommera

et par l'aile d'Amtra
Sorcière montrera
destin ou trépas."

Fanaël savait maintenant qu'il n'était pas ici par hasard. Mais il comptait bien découvrir qui se jouait de lui et de ceux qu'il protégeait ainsi. Quelqu'un avait-il découvert son secret? Tentait-il de l'aider, ou de l'égarer? Pourquoi ce jeu de piste mystérieux, dès qu'il s'éloignait d'Elesas? Craignait-on qu'Elderian ou un N'Elfir découvre ce que lui était censé découvrir?
Fanaël ne s'était jamais senti aussi oppressé que maintenant. Il se sentait suivi, observé de toute part, par des présences qu'il ne pouvait ni chasser, ni effleurer. Et il entendait l'appel de ses semblables.
Comme un appel au secours multiple, venant des quatre vents. L'heure de la fin était proche. Tout arrivait si vite... Aurait-il le temps de mener à bien sa mission? Pourrait-il protéger les autres, comme il l'avait prévu depuis si longtemps? Allait-on lui retirer ce pour quoi il s'était débattu depuis son premier souffle?

Alors qu'il montait à grande enjambées vers l'antre de la Sorcière, distançant rapidement le jeune enfant, il prononça, sans vraiment y réfléchir, une supplique. Cette supplique n'était ni en nanique, ni en elfique, ni en humain ou encore moins en orc, et non plus en dialecte N'Elfir. Les mots lui venaient tels quels, sans explication. Dans cette langue, jamais personne ne comprenait ni ne répondait.

S'il avait su ce qui l'entendait et qui le comprenait en cet instant... Il n'aurait peut-être jamais prononcé ces mots, dans lesquels il sous-entendait beaucoup plus qu'il ne disait:

" Ô Naravel... Laisse-moi accomplir mon destin..."



Spoiler:
récomp équivalente dans les 4 Capacités Actives plz
1er RP de la semaine: +1 Pièce d'Argent Edit yuke: validé
validation:
Edit Yuke: +34 Capaz, réparties équitablement dans les 4 Capaz Actives.

_______________________________________________________

Absent jusqu'à ce que ma box décide de marcher, avant la fin mars j'espère.
Admin responsable RP & univers de Naravel.
*Nous acceptons les âmes goûteuses en offrande dans les MP*
Oui, nous les voulons, mes précieuses...

N'Aedras
Admin
Admin

Masculin Age : 30
Messages : 4578
Date d'inscription : 07/12/2009
Points de Progression : 54


Voir le profil de l'utilisateur http://thelastairbender.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La dernière mission de Fanaël, l'Ange des Ombres...

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 0:11


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum