[Présentation] Asraï "Validé niv 3"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Présentation] Asraï "Validé niv 3"

Message par Asraï le Mar 19 Jan 2010 - 1:22

Parti IRL :
Prénom : Matthieu
Age : 19 ans
Études/job actuel(les) : 2ème année de licence informatique
Région habitée : Lorraine
Trait de caractère principal : euh... je pense être quelqu'un de sympathique, peut-être un peu têtu mais cool avec les personnes qui me le rendent bien.

Partie RP :

Pseudo : Asraï
Age : dans les environ de 15 000 ans
Race souhaitée : Elfe
Caractéristiques physiques (décris-toi en quelques lignes) : L'image que se donne Asraï est celle d'un elfe assez élancé, d'une taille normale (1m84). Les cheveux longs et blonds (pas du tout le stéréotype de l'elfe^^). Les yeux verts émeraudes éclatants et le regard profond. Il à également un tatouage que seules les plus chanceuses ont eu l'honneur de voir.

Traits de caractères principaux : la persévérance, l'honneur, la dignité, l'orgueil et l'entêtement.
Histoire de ton personnage (minimum 5 lignes) :

Spoiler:

Assis au bord du vide, un vélin entre les mains, Asraï tentait d'y coucher ce qu'il avait vécu jusqu'à lors. Ou du moins les évènements marquants de sa vie. Adepte de la magie son récit s'imprimait de lui même sur la surface lisse. Le plus dur n'étant pas de maîtriser cette écriture mais de mettre à nu son passé, parfois sombre.

Voilà bien des années que je vis, écrivis-je en ces jours paisibles que la fraîcheur due à l'altitude rendait encore plus agréables. Je regarde aujourd'hui mon passé en me demandant sans cesse si j'ai toujours fais les bons choix. Si ma vie n'aurait pas tournée autrement si je l'avais envisagée différemment. Le vent s'élève à présent et bat mes longs cheveux blonds tachetés par la neige qui perle le ciel. Il m'apparait clairement que le premier vrai choix que j'ai fais date d'il y a maintenant plus de 15 000 ans. Je ne peux nier qu'à l'époque ma curiosité pour l'inconnu était déjà très poussée.


- Dépêche toi Asraï, les navires quittent le port dans très peu de temps, lançait Finwë à l'attention du jeune elfe qui se pressait d'embarquer trainant derrière lui un sac en peau remplie de tout un fatras innommable.
Après avoir confié son bagage en demandant de lui réserver une attention délicate aux vues des trésors qu'il contenait, Asraï monta à bord et s'accouda à la lisse aux côtés de ses nombreux frères qui comme lui avaient longtemps attendus ce voyage vers une terre nouvelle. Laissant derrière eux la merveilleuse Elfirea.
Après quelques jours ils accostèrent sur les rives de leur objectif. Asraï trop jeune pour partir en éclaireur avait été contraint de rester sur la côte en compagnie de la majorité d'entre eux. La nuit même il avait tenté furtivement de quitter le campement pour partir à l'aventure, cheveux dans le vent et méfiance oubliée. Heureusement ou malheureusement qui sait, il fut surpris par un des veilleurs qui lui avait assené un bon coup sur l'arrière du crâne alors que celui-ci rampait dans l'herbe humide. Depuis il s'était contenté d'attendre sagement le retour des Elfes envoyés trouver un espace prêt à les accueillir.
Tout le monde sait comment c'est déroulé la suite, aucun d'entre eux n'est revenu et c'est dans la plus grande tristesse qu'ils durent rebrousser chemin et abandonner leur quête.


Le souvenir de cette nuit me hante encore parfois, la tempête, la panique, l'échouage sur cet autre continent. Une des plus heureuse et malheureuse de mon existence, nous venions de découvrir une terre habitable mais au prix de nombreuses vies.
Notre évolution fut lente. En ces temps de développement je m'égarai jour après jour dans mes pensées. Des questions sur le sens que je donnais à ma vie m'oppressaient. J'avais reçu une éducation au sein des nobles Asën, mais c'était clairement le mode de vie des Maanos qui m'attirait. Il m'arrivait de tenter de les espionner, d'apprendre sur eux ce que j'ignorais. Ce que je ne savais pas non plus c'était que j'allais finir par les rejoindre définitivement, quittant la vie bien rangée, planifiée, et contrôlée que je connaissais.


Le soleil quittait le ciel au moment où Asraï se dirigeait vers la lisière de la forêt. Il s'enfonçait de plus en plus à travers l'obscurité. Derrière lui, la cité dans laquelle il avait grandi et qui prospérait depuis deux milles ans disparaissait. Il connaissait le chemin de sa destination par cœur, il l'avait emprunté tant de fois que malgré le peu de luminosité il ne se perdrait pas. C'est au cœur d'une clairière qu'ils l'attendaient, silencieux, invisibles. Une aura de bienveillance flottait dans les airs. Le vent chantait, et quelques animaux de la forêt semblaient attirés à l'orée de la petite sommière. A l'instant où Asraï pénétra dans la trouée, quatre Maanos se montrèrent visages découverts. Depuis toujours le jeune elfe avait été attiré par leurs apparences sages, dignes, et mystérieuses. Sans un mot celui qui semblait présider lui tendit ses mains, Asraï lui donna les siennes. Son regard transperça le vert des ses yeux, il sut qu'il était prêt. Une lueur blanche inonda alors soudainement la clairière, l'éblouissant. Lorsqu'il rouvrit les yeux, Asraï était à nouveau seul. Mais désormais il savait quelle direction prendre pour poursuivre sa route vers les âges infinis. Désormais il savait qu'il ne reviendrait jamais plus vivre parmi ses frères. Au fond de lui le bonheur s'éveillait. La pleine satisfaction de savoir qu'il avait trouvé un sens à son existence. Et ce bonheur lui suffisait.


Il m'arrive encore de sourire quand je repense à cet évènement majeur de ma jeunesse, c'était comme si je venais de remporter un titre honorifique qui allait faire de moi un elfe unique en son genre. Et je m'aperçois que je ne me trompait guère. Dès mon adhésion à la caste des Maanos je me suis mis à observer la nature et ce pendant mille cinq cents ans. J'ai ainsi appris que le Cerf était un être digne, fier et aussi solitaire que moi. Que les Agapornis volaient toujours par deux et que les Lontra préféraient l'eau glacée des hauts lacs à celle des océans entourant Geadrâs. J'ai découvert également que si je voulais apercevoir un couple batifoler la vallée d'Orgon était leur préférée. Je connaissais les saisons qui rassemblaient plus de telles espèces que d'autres, ainsi que les habitudes de chaque être vivant doté de pattes. Pendant ce temps mon peuple menait maints affrontements cruels contre la première race à avoir foulée le sol de Geadrâs. Je me serais bien abstenu d'y participer mais ils avaient alors pris une telle ampleur que voir la souffrance de mes frères m'était insoutenable. Autant que je me souvienne je ne me suis jamais senti plus faible et lâche de toute ma vie.


Le soleil était à son zénith, Asraï avait quitté les sommets de l'échine de Grimnir depuis quelques jours déjà pour prêter main forte à ses frères qui affrontaient les nains. Son voyage fut accompagnés de doutes et de remises en question. Devait-il vraiment y aller ? A sa connaissance il était le seul Maanos à y participer. Mais la souffrance qu'il ressentait était trop importante pour la nier, il devait combattre l'ennemi. Arrivé après l'aurore sur les hauteurs de Rayak-Nûr, c'est l'horreur qu'il y découvrit. Le sol était jonché de bon nombres de cadavres d'elfes et de nains. Son arc à la main Asraï avançait prudemment à la recherche d'une faction elfique.
- Hé toi là-bas, hurla une voix rauque en sa direction.
Un elfe en armure lui faisait signe de son épée de le rejoindre. Enjambant les corps il se dirigea dans sa direction.
- Nous avons grandement besoin de guerrier, nous plions sous la puissance de leurs épées runiques. Suis-moi, nous devons à tout prix nous emparer de la passe extérieur pour espérer vaincre ces vermines.
Ils coururent vers un groupe d'elfe aux prises avec une faction naine déchaînée. Les coups pleuvaient, la grâce et l'aisance des elfes aurait impressionnée n'importe quel guerrier, mais Asraï ne supportait pas voir des corps tomber sans vie, nains ou elfes. A cet instant toute l'immensité de son erreur lui sauta aux yeux, il n'avait rien à faire ici. Côtoyer la mort de si près le répugnait. Il ne put malheureusement éviter le combat plus longtemps, un nain armé d'une hache aussi grande que lui courrait dans sa direction. Un lointain réflexe de son éducation avec les Asën lui sauva la vie. Il se décala rapidement sur un côté esquivant l'attaque et tirant sa dague de sa ceinture frappa son assaillant. Un jet de sang cingla sa robe immaculée. Les yeux révulsés du nain tentait d'apercevoir une dernière fois la lumière. Son corps entier tombé sur la terre brune du sol était pris de spasmes. Du sang rouge sombre coulait des commissures de ses lèvres entrouvertes. D'une main il tenait la dague plantée dans sa gorge et essayait sans force de l'y enlever. Sa mort s'accompagna d'un dernier râle agonisant. Asraï avait pâli et déglutissait. les genoux au sol, les yeux embués de larmes. Se relevant péniblement il quitta aussi vite que lui permettait ses jambes le champ de bataille abandonnant derrière lui ses frères qui périssaient.


Suite à cet événement important j'ai beaucoup pleuré la mort de ce nain que j'avais tué de ma propre lame. Je n'arrivai pas à me convaincre que c'était un ennemi et que si je ne l'avais pas tué c'est mon corps qui serait allongé dans la poussière. Le sentiment de lâcheté ne me quittait plus. Seul, blessé dans mes convictions je pris la décision de me rendre auprès des arbres mères pour m'en remettre à leurs conseils. L'approche de ma cité natale ne fut pas sans nostalgie. Une foule d'émotions ressurgirent en moi lorsque je reconnu la clairière qui avait été témoin de ma transformation. La cité endormie transpirait l'inquiétude envers ceux qui étaient partis guerroyer au nom d'une ridicule quête d'expansion. Les arbres mères veillaient à l'extérieur de la ville verte. Nappés de brouillard les sous-bois y conduisant étaient denses. J'ai alors ressenti la présence d'une force inconnue que je n'avais jamais perçu lorsque j'habitais encore la cité. On aurait dit qu'elle glissait sur ma peau exerçant une faible pression. Une pression qui ne cessait d'augmenter à l'approche des arbres mères.
Ce n'est qu'en communiant en leur sein que j'appris que c'était l'essence magique qui nous entourait, cette essence qui me permettrait d'acquérir une autre forme de sagesse si je parvenais à la laisser affluer en moi. Toutefois s'il est aisé de ressentir cette magie il est autrement plus subtile et ardue de l'utiliser. Ce fut mon objectif pendant les milles années qui suivirent.

La magie apprivoisée je m'attardais dès lors à en varier les utilisations, afin d'arriver à mon but le plus cher. Pouvoir défaire tout ennemi ou adversaire sans jamais à avoir à ôter une seule vie, pour pouvoir enfin me réconcilier avec moi-même et effacer l'erreur que j'avais commise il y a un millénaire. En cinq cents ans je parvins à créer plusieurs techniques de bases servant à désarmer, et immobiliser. Toutefois leurs utilisations m'épuisaient rapidement. Je compris que l'essence magique que j'utilisais était celle que mon corps avait absorbé, mais cette essence n'était pas illimité et l'absorption de celle-ci me demandait plusieurs heures de méditation. J'appris également qu'il était possible de stocké de l'essence magique dans un objet, elle était alors utilisable tout comme celle qui coulait dans mes veines. Cependant un nouveau problème s'imposât à moi, l'essence stocké dans cet objet n'y restait conservée que quelques minutes seulement. Alors sur le point d'abandonner cette idée, je me rendis compte de ma stupidité. Un objet fait de bois ou de métal était incapable de retenir en lui l'essence magique tout simplement car lui même n'était pas magique.
S'il m'avait fallu plusieurs siècles pour apprendre à créer des techniques en utilisant le langage magique, il m'en fallu bien plus pour apprendre à façonner des objets à l'aide de celui-ci. A mes débuts mes objets ne ressemblaient qu'à des horreurs informes, ce n'est que bien plus tard que je parvins à créer mon premier bâton. Il devait mesurer dans les un mètre quatre-vingt-dix, composé d'un enchevêtrement de tiges de saules tressées en un robuste manche, à son extrémité supérieure les tiges restaient indépendantes et se rejoignaient en leurs sommets formant plusieurs arcs d'ogive. Peint de blanc de bout en bout il était le symbole de l'humilité et de la modestie, mon idéal de vie. J'ai par la suite tenter de fabriquer des armes en usant de mes connaissances magiques mais cela s'est révélé être un art autrement plus délicat et difficile apparemment à l'unique porté des seuls maîtres des armes magiques que je connaisse : les nains.
Je me voyais à présent en possession de techniques magiques et d'un bâton pouvant conserver le double d'essence magique que je ne le pouvais moi-même.
La guerre entre les elfes et les nains avait atteint son paroxysme, j'avais rejoins les rangs à nouveau, à la différence que cette fois j'étais prêt, et je parvins à sauver beaucoup plus de vies que je n'en avais prise la fois dernière.

En dehors de ces précédents évènements ma vie fut calme et solitaire. Je m'étais installé dans les sommets de l'échine de Grimnir, préférant de loin le froid ambiant que la tiédeur des sous-bois. C'est d'ailleurs dans ces hauteurs que j'ai fais la rencontre qui a sans le moindre doute totalement changé ma vie.


Le vent hurlait aux oreilles d'Asraï, le froid lui mordait la peau. La neige tombait à gros flocon. Bâton à la main l'elfe se rendait sur le col voisin qui était protégé de la tempête de part son exposition inverse. Tout en marchant il essayait de ressentir l'essence magique qui flottait dans les airs, un exercice devenu commun et habituel. Au détour d'un pic rocheux un énorme loup se jeta sur lui faisant claquer ses mâchoires. Rapide comme l'éclair Asraï plongea sur le côté, tombant dans la poudreuse. La créature s'était elle aussi affalée dans la neige, sur le flanc, haletant lourdement, la langue pendante. Asraï connaissait cette espèce rare, un Houp géampt (loup géant en langage orc). Il était rare de les voir seuls et aussi éloigné des chaînes montagneuses des Naug. Asraï s'approcha prudemment de l'animal, son poitrail se soulevait régulièrement au rythme de ses longues respirations, créant de la vapeur s'échappant de ses nasaux. D'un rapide coup d'œil l'elfe détermina qu'il devait en être à son deuxième hiver, mesurant déjà un bon mètre au garrot, son pelage se densifiant et se blanchissant avec la saison. Il portait également une large entaille au niveau de la cuisse arrière gauche et semblait affamé. Se rapprochant de plus en plus il put à présent apercevoir clairement ses yeux. D'un bleu glacial et étonnement saisissant. Le loup retroussa les babines et grogna faiblement. Asraï ne savait pas pourquoi mais il sentait qu'il n'y avait pas de raison de le craindre. Il s'approcha encore et posa sa main sur le haut de son épaule. A cet instant le loup frémit et c'est comme si la foudre traversa le bras d'Asraï, pendant une fraction de seconde il eut l'impression de se voir à travers les yeux de l'animal allongé. Retirant vivement sa main de la fourrure du loup, l'elfe tomba assis essoufflé. L'animal le fixa à nouveau mais cette fois l'azur avait quitté ses yeux pour y laisser la place à un vert émeraude éclatant...


Quand je repense à cette rencontre mon cœur abonde de chaleur. Depuis ce jour je partage un lien si fort avec cet Houp géampt que mon regard sur le monde à totalement évolué. Je n'explique toujours pas ce qui c'est passé ce jour là, je sais simplement que la magie qui coulait en moi s'est déversé en lui à notre contact créant un lien entre nos deux esprits. Nous partageons depuis lors, nos émotions, nos craintes, nos joies et tous ces rapports se passent de mots. Nous avons affrontés ensemble le temps, vu les elfes pacifistes bannis, vu la naissance des orcs, des humains. La magie nous liant est si forte que j'en démêle seulement les secrets. Il m'apparait désormais que depuis le début nos vies sont liées, nous partageons la même essence magique. J'ose à définir ce lien comme fraternel, fusionnel. Un grand respect mutuel est à la base de notre relation. J'ai depuis appris comment Draugnim avait fait pour ce retrouver sur l'échine de Grimnir, trop faible parmi sa meute il avait été banni et avait erré jusqu'à ce retrouver sur les hauteurs du territoire elfique affaibli. Je me demande encore si le fait qu'il fut si faible avait favorisé la création de ce lien, lui permettant de continuer à vivre. Toujours est-il qu'encore aujourd'hui nous traversons les plaines et les montagnes côte à côte. Arrivé à taille adulte depuis longtemps, Draugnim mesure désormais un mètre soixante au garrot, sa gueule pouvant aisément se poser sur ma tête.
J'ai passé quinze milles ans de ma vie à améliorer mes connaissances de la magie et il m'apparai aujourd'hui que le fait de voyager de territoire en territoire est le meilleur des moyens pour y parvenir. Quitter le territoire elfique m'exposera sûrement à de plus grands dangers que j'ai connu jusqu'à lors, mais Draugnim est à mes côtés. On a la vie devant nous... Et qui sait ce que l'éternité nous réserve...

_______________________________________________________


Asraï
Admin
Admin

Masculin Age : 25
Messages : 233
Date d'inscription : 07/12/2009
Points de Progression : 50


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Présentation] Asraï "Validé niv 3"

Message par N'Aedras le Mar 19 Jan 2010 - 14:06

Sublime ^^
(vu que je suis admin, je vais donner mon impression pour la validation: niveau 3 évidemment en ce qui me concerne).

J'aime beaucoup la manière dont tu as raconté, sur deux plans temporels ^^ C'est bien écrit et tout Wink J'ai kiffé le passage avec les Maanos, même si ça m'a fait hérisser la nuque ^^' On ne peut pas être Maanos entièrement et revenir parmi les Asën, surtout pour la guerre... J'ai voulu t'en faire le reproche sur le moment, puis je me suis raisonné... Pour ma part, je considère donc cet épisode de ta vie comme une sorte d' "ermitage", de séjour parmi eux...
Car être un Maanos signifie beaucoup plus que de vivre comme eux... Ils ne révèrent pas le courage ou les hauts faits, ne connaissent pas la convoitise etne font pas la distinction du bien et du mal... Mais ton histoire stipule que tu les rejoint très âgé(par rapport aux Elfes qui deviennent entièrement Maanos, dès leurs premières années)... Tu es déjà imprégné des valeurs Asën et de leur magie... A ta façon, tu t'es approché des Maanos au plus que te permettait ton état... Finalement, j'aime bien ^^ Même si tu m'apparais plus "Asën solitaire et ouvert" que Maanos...
Quoiqu'il en soit, c'est un beau récit ^^
bwavo Wink

_______________________________________________________

Absent jusqu'à ce que ma box décide de marcher, avant la fin mars j'espère.
Admin responsable RP & univers de Naravel.
*Nous acceptons les âmes goûteuses en offrande dans les MP*
Oui, nous les voulons, mes précieuses...

N'Aedras
Admin
Admin

Masculin Age : 30
Messages : 4578
Date d'inscription : 07/12/2009
Points de Progression : 54


Voir le profil de l'utilisateur http://thelastairbender.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Présentation] Asraï "Validé niv 3"

Message par Asraï le Mar 19 Jan 2010 - 17:13

Merci Smile
Oui effectivement j'avais à l'esprit que comme je n'étais pas "né" Maanos je conservais un peu des origines des Asën... voilà pourquoi Asraï revient se battre pour défendre ceux qu'il a connu.
Mais oui c'est vrai que ça fait plus Asën solitaire en quête d'une vie spirituelle baignée dans la recherche des secrets de la magie.

Merci pour ton appréciation ça me fais plaisir.

_______________________________________________________


Asraï
Admin
Admin

Masculin Age : 25
Messages : 233
Date d'inscription : 07/12/2009
Points de Progression : 50


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Présentation] Asraï "Validé niv 3"

Message par Alrik le Mar 19 Jan 2010 - 17:27

Est il nécessaire que je commente?

Je ne pense pas mais bon allons y quand même:

L'histoire sur les ddux plans temporels est terrible, les récits au présent coupe assez bien l'histoire passée de ton personnage. De plus le style montage alterné est vraiment super bien représenté et donne réellement un souffle, une vie à ton récit.

Pour ce qui est de l'histoire à proprement parlé, je n'ai rien à redire. LEs descriptions sont sublime et on s'imagine parfaitement les moindres détails que tu veux représenter. Ma scène preféré c'est quand tu zigouille le nain et la description de la façon dont il meurt... *_* terrible...

Tu t'es relut je pense puisque je n'ai pas trouvé d'incohérence stylistique comme je pouvais t'en faire le reproche pour certains de tes écris. Non vraiment cette présentation est superbe!!!

Validé niveau 3!!!!

_______________________________________________________






Double compte : Akarin - Siriondil
Nain Powa

Alrik
Admin
Admin

Masculin Age : 25
Messages : 2015
Date d'inscription : 07/12/2009
Points de Progression : 0


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Présentation] Asraï "Validé niv 3"

Message par Asraï le Mar 19 Jan 2010 - 18:01

Je n'ai qu'une chose à dire : Youpi !
Merci à vous deux pour vos commentaires positifs ^^

Alors je pense savoir ce que je vais choisir comme points de cométences :
2 en essence magique : Ah bon ? Et bah oui :p

_______________________________________________________


Asraï
Admin
Admin

Masculin Age : 25
Messages : 233
Date d'inscription : 07/12/2009
Points de Progression : 50


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Présentation] Asraï "Validé niv 3"

Message par Erylis le Mer 27 Jan 2010 - 11:57

Je n'avais pas encore lu ta présentation, mais c'est vrai que je te ressemble ! :O

Super présentation en tout cas Wink

Erylis

Féminin Age : 24
Messages : 915
Date d'inscription : 24/01/2010
Points de Progression : 50


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Présentation] Asraï "Validé niv 3"

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:09


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum