Critiques pour ma Nouvelle ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Critiques pour ma Nouvelle ?

Message par Symbelmynë le Mer 27 Avr 2011 - 12:57

Amis du jour : Bonjour ! / Amis du soir : Bonsoir !

J'aimerais seulement avoir quelques critiques sur cette nouvelle, intitulée : "Les Loups"

C'était un travail résultant d'un concours ... Le sujet était : "Écrivez une nouvelle dont la première phrase serait "Ce matin là elle c'était levée en ce disant qu'elle voulait trouver la liberté" ". Donc comme vous le voyez un sujet vague (très vague !), qui permet à tout les sujets, toutes les folie. Enfin, vous avez compris, c'est simple.
J'aimerai savoir ce qui peut clocher dans la mienne, ce qui est mal dit, lourd, pas agréable...
Mais aussi si l'histoire en elle même peut plaire, si les idées sont bonnes, si c'est vraiment mauvais ...etc.
Bref, je veux de la critique et encore de la critique pour mon travail !

/!\ Petite mise en garde/!\
Si vous n'avez pas le temps : ne le perdez pas ici.
Ce n'est pas du fantastique et le thème est, je l'avoue, assez dur.

Merci en tout cas à ceux qui auront le courage de lire ce...euh ... cette brique ! ><

~~~~~~~~~~~~
Spoiler:

LES LOUPS



Ce matin-là, elle s'était levée en se disant qu'elle voulait trouver la liberté. Vouloir la liberté comme on désire un cadeau? Un caprice de gamine trop gâtée ? Non ! Ce «caprice» avait toutes les raison d’être et semblait vital. Une envie qui s'était accrue de jour en jour, à partir de ce fameux matin, et qui était devenue son vœu le plus cher. Trop cher pour son jeune âge...
Peut être parce que ça faisait précisément huit ans que cela durait ou parce que ce jour aurait était heureux autre part, chez d'autres, ce matin, celui-là, elle avait pensé. Elle avait réfléchi longuement et avait composé sa propre fuite: son cadeau… Elle l'ouvrirait le prochain jour de l’année où les larmes perleraient encore ses joues roses d’enfant…
Elle se leva à l'aube. Elle attrapa le grand baluchon en vieux cuir, celui trouvé le fameux matin de son anniversaire, et le remplit. Le remplit silencieusement avec tout ce qu'il pouvait contenir. Butant sur les objets dont la seule valeur était sentimentale, les regardant une dernière fois avant de les reposer délicatement ; détournant son regard avec regret, avant de le remplacer par un vêtement chaud, une boîte d'allumettes ... Son regard était pour la première fois ferme. Néanmoins il s'effrita quand elle le lança vers moi. Il devint alors le regard que je connaissais trop bien : celui d'une pauvre gamine. A la fois triste et tendre… Pourtant elle se résigna.
Une fois le sac plein, elle se releva et se dirigea vers la porte. Toutefois … Elle ne put s'empêcher de se jeter vers moi ! Elle me serra dans ses bras fins, prit ma petite main dans la sienne, éternellement froide. Elle ne pouvait clairement pas me laisser là ... Moi sa petite poupée: Dolorée. Sa seule confidente et amie fidèle. Je l'entendis murmurer tout doucement, pour ne pas les réveiller:
«Do ...Dolorée ma poupée»

Je comprenais parfaitement ce qu'elle faisait...Elle quittait enfin le terrier des Loups ! Ce lieu horrible qui faisait de sa vie un supplice. Si elle tentait ce geste désespéré, c'était pour oublier... Oublier cette sombre ruelle. Celle qu'elle empruntait tous les soirs, la peur au ventre alors que ses camarades sautillaient gaiement en retournant dans leurs joyeuses tanières. Elle avait peur que ce jour soit un de ces nombreux jours amers. Les jours où la maîtresse dessinait un gros rond rouge sur les copies ou qu’elle oubliait des recoins quand elle passait l’engin-qui-avale-la-poussière. Mais était-ce vraiment de sa faute? Elle ne savait pas remplir les feuilles noircies de questions de la maîtresse car personne n’avait été là pour lui expliquer comment répondre..
La poussière échappait à son attention car elle était toujours plongée dans ses pensées, quelles qu'elles soient ... Devant le bout de papier ou devant les saletés grises, les Loups hurlaient l'un après l'autre puis l'un sur l'autre puis les deux contre elle, seule. Les jours très amers, leur langue brûlante et coupante lui léchait violemment le dos. La colère des loups est une chose tellement horrible …
Entre deux cris de douleur je l'entends, parfois, gémir :
«Do ... Dolorée ma poupée»
D'ailleurs, pourquoi la grondaient-ils ainsi ? Le rond rouge de la maîtresse ne signifiait rien pour eux. Ils n'en avaient rien à faire ! Mais les Loups sont des gens très bizarres: Ils ne hurlent pas pour lui faire comprendre que sa petite étincelle vacille, qu'elle allait bientôt s'éteindre... Non, les Loups hurlent car leurs journées sont dures, car ils ont bu un peu trop de ce liquide rouge sang qui emplit les bouteilles de la grande malle, car ils sont fatigués, car la routine les ennuie, car ils sont jeunes et n'ont que faire d'une mioche, même la-leur... Tous les prétextes sont bons pour souffler sur sa
flamme !
Pourquoi cette poussière est-elle si importante à ramasser ? Le terrier était et restera une poubelle. Les Loups n'en prenaient pas grand soin. A quoi bon ? Les Loups ne recevaient jamais personne! Peut être était-ce seulement une autre excuse pour hurler sur Elle? Aucune pitié n' était accordée à cette pauvre fillette...
Elle n'avait vraiment pas de chance … Si seulement les loups la mordaient ! C'était une de ses plus noires pensées. Elle semble bizarre mais si elle était réellement blessée par la langue barbare, peut-être l'auraient-ils amenée dans le cabinet du docteur ? Peut-être, mais le docteur n'aurait pas accusé les Loups. Des carnivores si ordinaires en apparence... Ou peut être que la maîtresse le verrait et qu'elle en parlerait avec Eux ? Peut-être, mais les Loups inventeraient une excuse qui remplacerait les questions de l'enseignante ... Ou peut être l'aurait-on amenée dans le grand bâtiment blanc où s'entasse les malades, les blessés ? Qu'auraient-ils inventé pour justifier les marques bleues et les bavures sur son dos ?... Les médecins sauraient-ils reconnaître une victime de Loups? Peut être... Malheureusement, toutes ces suppositions resteraient des suppositions !
Elle aimait parfois en parler seule, dans le placard à balais où ils l'enfermaient pendant des jours parfois. Ça lui tenait compagnie dans cette solitude qu'elle devait endurer et lui permettait de les haïr un peu...
Une question pourtant importante restait à jamais silencieuse: Et si elle ne leur survivait pas?.. Elle chassait ces horribles pensées en répétant :
«Do ...Dolorée ma poupée»
Tout cela je le sais car je suis la seule à qui elle en parle. La seule à qui elle parle, d’ailleurs. Elle n'avait pas d'amis ou quiconque à qui se confier. A l'école on se moquait d'elle. Elle, la petite fille au cœur trop chargé. Elle voulait lâcher du lest pour l'alléger telle une montgolfière percée : Parler à quelqu'un ! Mais toutes les autres la trouvaient sotte car elle parlait peu, le nez toujours penché sur un vieux livre déniché à la bibliothèque. Elles la croyaient idiote mais elles ne savaient pas combien elle se trompaient...
Alors elle, elle se contente de tout me raconter. De me conter sa triste vie... Entre les
larmes, elle murmure toujours :
«Do ...Dolorée ma poupée»
Elle aimait lire ! Je crois que c'est la seule chose qui lui permettait de se lever chaque matin. Elle aimait la lecture car les personnages ont toujours une aventure, eux. Qu'ils soient héros ou antihéros, jeunes ou vieux, seuls ou accompagnés, orphelins ou non ... Comme elle aurait désiré être un de ces personnages surnaturels et populaires!... Une héroïne qui serait reconnue et appréciée de tous qui combattrait les affreux méchants loups. Elle n'irait plus jamais dans le placard à balais, elle ne les entendrai plus hurler, elle retrouverait la parole...
Mais elle n'était qu'elle : un morceau de viande donné en pâture à ses Loups.
Les livres parlaient souvent de compagnons ... Elle était seule! Saurait-elle franchir les épreuves seule ? Pfff ... N'était-ce pas ce qu'elle faisait déjà de toute façon?... Quelle douleur suivait l'abandon ?[/size][/font]
En relevant le nez de son volume, parfois, elle regardait mes petits boutons bleus qui remplaçaient mes yeux et disait presque gaiement:
«Do ...Dolorée ma poupée»
La musique était, elle aussi, un rare moment de répit. La petite radio noire posée sur la table de la cuisine était pour elle comme un mirage, une illusion. Elle la retrouvait tous les soirs avec le même sourire léger, la même émotion. Toujours réglée sur les grands classiques, le récepteur donnait de l'inspiration à la môme. Elle imaginait ses propres symphonies... Les notes se bousculaient dans sa tête et le Do avait une place toujours privilégiée... Ces moments étaient toujours interrompus par les hurlements Loups ! Les Loups et encore les Loups ... Ne pouvaient-ils pas lui laisser
savourer ces quelques notes ?
Une poupée était nécessaire à sa survie telle une mouflette et elle ne savait pas répondre aux questions de la maîtresse et pourtant elle semblait si mûre. A seulement huit petites années, les classique littéraire comme musicaux ne comportaient pour elle que quelque mots difficiles ou des notes brouillées par la radio bon marché ... Ce serait dur de quitter tout ça. Ce serait dur de ne plus pourvoir se cacher derrière quelques pages ou de chantonner
l'harmonie même...
Peut-être qu'elle était douée d'une mémoire car elle n'avait pas peur de recomposer et modifier les différents concerto dans le placard à balais, dernier petit signe de courage... Peut être que les symphonies comme les mots, tant de fois rencontrés, ne la quitteraient jamais ? Elle en avait peur ...
Dans la grotte elle chantait sur un jolie petit air, malgré la douleur:
«Do...Dolorée ma poupée»
La maîtresse s'était déjà inquiétée et l’avait convoquée plusieurs fois dans son bureau, celui qui sent l’encens. La maîtresse lui posait des questions au sujet de ses notes, de es relations avec les autres ... Mais elle n'osait pas avouer quoi que ce soit. Ne rien avouer au sujet des loups. Ce serait si simple si j'étais restée avec elle lors de ces nombreux entretiens. Peut-être que grâce à moi les larmes auraient coulé, elles auraient ouvert la fenêtre de son histoire et la justice aurait été faite? Mais la maitresse ne voulait pas de poupée à l'école. Elle pensait qu'elle était grande... Mais elle était si fragile! Elle n'était pas comme les autres : Les loups l'avaient empêché de grandir. Donc elle me cachait au fond de son sac, ne me sortant jamais, mais laissant traîner une main à l'intérieur comme un cordon ombilical. Me caressant affectueusement mes cheveux de laine. Et puis, y avait-il une justice? Que pouvait-elle pour cette gamine? La séparer des Loups pour la mettre avec d'autres? Comment pourraient-ils l'accepter comme elle est ? Ils ne le pouvaient pas !
Peut être que son sourire pourrait lui ouvrir les portes d'un autre foyer le moment venu ? Ce sourire de môme : doux comme un bisou, bon comme un bonbon, plus brillant que le firmament, plus grand que l'océan... Ce sourire qui désarme tout le monde !...Tout le monde, sauf les Loups. Étaient-ils tous ainsi? Cette hypothèse pouvait-elle être envisageable ? A en voir ses camarades rentrer chez eux: Oui.
La maîtresse lui avait demandé tant de fois pourquoi elle était ainsi. Et elle ne lui répondait que:
«Do ...Dolorée ma poupée»
Elle se dirigea vers l'entrée du terrier telle une ombre dans la nuit. Une entrée qui restera gravée dans sa mémoire plutôt comme une immortelle sortie... Elle s’habilla d'un gros manteau, se chaussa de souliers de marche. Une précaution très judicieuse : L'hiver approchait. Elle ouvrit la porte du terrier. Dehors, l'hiver s'était habillé de son beau manteau blanc. Un léger brin de vent et quelques flocons balayèrent son jeune visage. Soudain, elle douta. Je sus à
quoi elle pensait ...
Il y avait les jours amers... Mais aussi les jours sucrés, plus rares. Ces jours où les loups la serraient fort contre leur fourrure chaude et presque rassurante. Ces jours où elle avait le droit au chocolat des loups et à leurs sourires plein de dents pointues. Les jours sucrés respiraient le bonheur. Le terrier était bonbon rose confronté à l'enfer des jours amers. Ces jours-là, elle retrouvait son nom, son âge... Les loups restaient des loups mais les jours sucrés, ils étaient repus et comme inoffensifs. Les jours sucrés, sa voix fluette ne prononçait pas l'habituelle:
«Do ...Dolorée ma poupée»
Seulement, ces jours se comptaient sur les doigts de sa maigre main. J’essayais de lui crier de faire ce petit pas! Ce pas qui la mènerait vers la liberté tant et tant attendue! Évidemment rien ne sortit de ma bouche cousue de poupée ...
Elle resta là une dizaine de minutes, les yeux dans le vague. Dix minutes qui semblèrent une éternité. Ses yeux buvaient le monde... Si seulement elle n'avait pas ce choix à faire ! Elle souhaita effacer les jours amers, les dents pointues, les gueules ouvertes, la langue sanguinaire, les yeux rouges, les moqueries des filles ... Mais elle le savait : elle ne le pourrait jamais ! Elle voulut devenir cette héroïne que l'on ne trouve que dans les livres. Celle dont le courage émeut les petits et les grands lecteurs... Celle dont on se souvient ! Devenir cette musique gaie, joyeuse, envoûtante. Elle voulait parler et enfin chanter son cœur ! Elle, ma si jeune amie, venait de choisir sa voie : le Chemin, autrefois inaccessible, de la Liberté !
Elle avait prononcé d'une toute petite voix:
«Do ... Dolorée ma poupée
Ré ...Réveille à l'aurore
Mi ... Mijoter un bon plan
Fa ... Fabuleuse échappée
Sol ... Solitaireà jamais
La ... La fille au triste sort
Si ... Silencieux sentiments
Do ... Dorénavant libérée !»[/i]
Elle sortit, alors. Elle venait de retrouver tout ce que lui avaient volé les loups. Elle était maintenant libre ! Libre à tout jamais ... Un cadeau ! Oui c'était le plus beau cadeau de sa vie !
Et elle s'en était allée vers le monde et s'en était allée vers son destin, passant comme un rêve dans la vie de ses chers parents endormis…



De Xaharienne. 14ans


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


PS : Alors voilà ! Désolée la lecture n'est pas très agréable par manque d'alinéas en début de paragraphe...
N'hésitez pas à critiquer ! Vraiment ! Je suis la pour ça ! (Je ne prends que les critique négatives !!!)



Symbelmynë
Modo
Modo

Féminin Age : 19
Messages : 363
Date d'inscription : 26/04/2011
Points de Progression : 48


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Critiques pour ma Nouvelle ?

Message par N'Aedras le Jeu 19 Mai 2011 - 6:24

Personnellement, je n'ai pas de souci avec ton style. Tu écris bien, tes constructions sont variées et agréablement conçues.
Tu as quelques fautes d'orthographes, mais ça reste très correct.

J'ai plus du mal avec tes stratégies de narration. Notamment, je suis pas convaincu par le parallèle avec les loups. Je comprends ce que t'as voulu faire avec la vision négative des loups. Mais c'est pas crédible dans l'optique du "foyer" et du rapport parents/enfants. Les loups sont très affectifs de ce côté. Et puis la cruauté est une affaire d'hommes. J'aime pas qu'on attribue ça aux animaux.
Je trouve pas que ça serve le récit.
Egalement, j'ai du mal avec le coup de "Do, Dolorée ma poupée". Je sais pas, ça manque de recherche. Vu qu'apparemment ton héroïne est douée en musique/lectures, elle aurait (à mon goût) construit quelque chose de plus... recherché?
Fin, c'est le tout qui me pose problème. Mais c'est peut-être plus subjectif.

J'ai par contre beaucoup aimé l'initiative d'utiliser la poupée comme narratrice. C'est un artifice difficile, mais audacieux =)
Tu as fait quelques accrochages, mais c'est normal, je suppose que tu n'as pas spécialement l'habitude d'utiliser un tel procédé.
D'ailleurs, fais attention. Tu fais parler ta poupée au présent, alors que ton texte est au passé. Je comprends ce que tu as voulu faire, mais cela pose des problèmes à certains endroits (ça fait partie des difficultés dont tu hérites avec un tel choix).
Ex: "Tout cela je le sais car je suis la seule à qui elle en parle.". Si ta poupée raconte au présent ce qui s'est passé dans le passé avec la fillette, la fillette ne peut pas être en train de lui parler (vu qu'elle est partie).
Ce genre de phrase était à mettre au passé.

C'est un danger auquel il faut être vigilant dans les récits où tu chevauches deux périodes temporelles: on s'identifie très souvent aux personnages, alors que ce qui compte c'est le temps de l'action.
Dans ce cas précis, ce n'est pas parce que c'est la poupée qui est concernée que c'est le temps où elle raconte l'histoire qui est concerné.


Vala vala =)
Tu es très douée! Continue comme ça!

_______________________________________________________

Absent jusqu'à ce que ma box décide de marcher, avant la fin mars j'espère.
Admin responsable RP & univers de Naravel.
*Nous acceptons les âmes goûteuses en offrande dans les MP*
Oui, nous les voulons, mes précieuses...

N'Aedras
Admin
Admin

Masculin Age : 30
Messages : 4578
Date d'inscription : 07/12/2009
Points de Progression : 54


Voir le profil de l'utilisateur http://thelastairbender.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Critiques pour ma Nouvelle ?

Message par Symbelmynë le Sam 4 Juin 2011 - 10:08

Merci beaucoup Yuke.

Alors je vais reprendre certain points, si tu veux bien :
Merci de te rendre compte de la difficulté de mon travail. En effet, je n'ai pas fait des choix faciles. J'aurais dû voir des fautes comme "Tout cela je le sais car je suis la seule à qui elle en parle."
C'est une grosse erreur en effet.
Petite explication dur le "Do ... Dolorée ma poupée" : Il est clair que cette petite est un peu plus mûr. Mais elle est tout de même une enfant. J'ai eu besoin de cette appartenance à une Poupée. Cette délicatesse enfantine. J'ai pensé à rechercher quelque chose... Mais je pense vraiment que je n'ai pas mal choisis de mettre en avant cette phrase, digne d'une réelle enfant. C'est une sorte de refrain. Je dis ceci car j'ai connu, il y a longtemps, une petite qui avait des problèmes de ce genre : Elle avait était adopté depuis peu et ses nouveau parents arrivaient pas à lui montrer qu'il y avait des personnes qui ne lui voulaient pas de mal. A chaque fois elle se balançait d'avant en arrière et disait quelque chose comme " A comme alouette".
J'ai voulus reprendre ceci.

Mercii encore !

Je compte faire une réédition , cet été de cette nouvelle. Toutes vos critique sont bonne à prendre !!! Very Happy

Symbelmynë
Modo
Modo

Féminin Age : 19
Messages : 363
Date d'inscription : 26/04/2011
Points de Progression : 48


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Critiques pour ma Nouvelle ?

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 20:15


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum