Après le départ du tribion d'Hemmet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Après le départ du tribion d'Hemmet

Message par Nieveyk le Lun 17 Mai 2010 - 20:16

Le voila parti loin de chez lui, toujours au pas de charge, ses mains et ses pieds tambourinaient le sol dégageant un petit nuage de poussière et d'herbes sèches à chaque impactes. Le regard au loin il gardait le rythme grâce au tintement de ses chaînes qui sonnaient comme une musique tribale venu du fond des âges.

*Me dépêcher... Foutu détour... Si non je vais perdre un temps fou ! *

En effet pour éviter de traverser directement le territoire hanté par les démons, être étranges qui se nourrissent de votre esprit à ce qu'on dit, Nieveyk était redescendu le long des rives du Dern en direction de Nerbeth afin de traverser directement les grandes plaines du territoire Jwarf et remonter au Nord Est vers Munduce. De plus son approvisionnement en eau et en nourriture était garantit ce qui lui permettrait de maintenir un rythme d'avance très ''soutenu''.

C'est ainsi que notre jeune Orc courut à en perdre haleine pendant plus de cinq heures, parfois directement dans le lit du fleuve, faisant jaillir de grandes gerbes d'eau autour de lui, afin de se rafraîchir et de se désaltérer sans perdre un instant. Mais inexorablement le jour commençait a tomber, laissant place à l'obscurité qui signifiait trop de danger invisible en chemin. Profitant des derniers instants du jours Nieveyk décida de faire halte et de se trouver un lieu ou dormir mais sur tout où manger, moment extrêmement important pour lui... Il trouva l'endroit parfait pour son premier campement, de jeunes arbres s'étaient écarté sur la berge laissant apparaître une petite plage de sable mêlées à quelques herbes jaunies par la saison, idéal pour faire un feu et dormir, les moustique ne seraient pas un problème pour son cuir déjà bien tanné. Il ramassa rapidement de quoi faire un bon feu avant que la nuit ne pointe le bout de son nez. Malheureusement sa technique étant encore trop médiocre, les flammes n'avaient pas suffisamment de force pour survivre dans cette atmosphère trop humide et trop venteuse, ce n'est que lorsque la lune fut déjà bien haute qu'il parvint enfin à entretenir quelques flammèches puis, quelques minutes plus tard, un vrais brasier. Il s'assit donc devant l'âtre et le contempla satisfait et serein jusqu'à ce que...

Un énorme grondement résonna dans la clairière et se répercuta en écho jusqu'à l'autre rive du fleuve...

« Ho non...  »

Nieveyk redressa lentement la tête et regarda en direction du Dern

« J'AI FAIM ! »

Il se leva donc et d'un pas lourd se dirigea jusqu'à l'étendue liquide et sombre qui se présentait devant lui. Un frisson le parcouru lorsqu'il trempa un orteil, le choc entre la température du feu et l'eau bien que douce était important mais il parvint tout de même a s'immerger quasi totalement. Il avança dans l'eau jusqu'à quelques mètres du rivage, il se tourna vers la berge, dégaina son arme de sa main gauche et s'immergea jusqu'à ne plus laisser dépasser que le bout de son nez et de ses dents proéminentes. Lentement il enfonça ses pieds dans le sable, recula son bras gauche et ferma les yeux. Il respirait très doucement, quelques petit ronds s'écartaient de ses dents et son souffle provoquait de petits remous sur la surface presque lisse de l'eau. La lame de son tonfa quasi à l'horizontale, il resta là quelques minutes le temps de s'habituer à ce nouvel environnement aquatique. Le bruis grave de l'écoulement de l'eau contre les rochers qui parsemaient le lit, le souffle du vent qui effleurait la surface et, enfin, le ballet des nombreuses nageoires qui l'entouraient.

Enfin ils s'étaient habitués à sa présence, le moment approchait. Il les sentait et les entendait autour de lui, allant et venant, de bon gros repas potentiels. Une dernière inspiration et il glissait lentement sa tête sous la surface, ne laissant entendre que le bruit des bulles encore emprisonnée dans ses quelques mèches encore à l'air libre. Il ouvrit les yeux, le feu encore vivace dansait et ondulait avec la surface, il serait son point de repère. Encore quelques secondes de patiences puis...

Une ombre. *Maintenant ! *

D'un geste fulgurant il déploya son bras, abattant son arme droit sur sa proie. Le poisson fut comme foudroyé dans sa promenade nocturne. L'assassin aquatique retourna d'un pas lunaire vers la berge, son repas du soir frétillant encore le long de sa lame. Une fois près du feu Nieveyk finit de l'éventrer pour le vider, le planta sur un bâton et le mit à cuire tout près des flammes puis il nettoya son tonfa du sang encore frais de sa dernière victime.

Tout le temps de la cuisson il resta assit en demis tailleur, le bras droit appuyé sur sa jambe droite, l'autre, toujours armé du tonfa -la lame le long de l'avant-bras – venait s'appuyer sur sa cuisse gauche. Dans ses yeux gris immobiles dansaient les flammes, seul quelques rares clignement venaient entrecouper sa torpeur. Il restait là à écouter le bruissement de l'eau, les battements d'ailes des quelques chauves-souris et les vibrations des insectes parfois stoppées nettes sûrement happés par l'une d'elles. Il songeait à ce que lui apporterait le tournois. Peut-être la gloire ? La richesse ? De l'expérience au combat ? Ou même la mort... Mais Nieveyk n'imagina pas un seul instant que le voyage pouvait, lui aussi, apporter tout son lot de surprises... Les crépitements indiquèrent que la chair du poisson était cuite, il saisit le bâton et mordit dans la chaire encore bouillante de l'animal. C'était divins... Il était temps de reprendre des forces, se nourrir et dormir étaient deux excellent moyens d'y parvenir. Le poisson terminé Nieveyk s'allongea dans le sable, l'instant d'après ses rêves le portaient dans un univers fait de batailles épique et de quête dans des contrées reculées...

Après une bonne nuit de sommeil, entrecoupée de sursaut provoqués par quelques animaux errant autour du feu, Nieveyk fut prêt dès l'aube. Il avala rapidement quelques crustacés d'eau douce en guise de petit déjeuné, de grandes lampées d'eau rangea son tonfa dans leurs chaînes et repartis en direction du Sud.

Le grondement du sol accompagné du cliquetis des chaînes s'accordaient avec son souffle .

*Encore quelques heures et je pourrais traverser le Dern en direction des terres Jwarf *

Spoiler:
Stat a développer : Puissance sihouplait !

*****************

Valid Yuke: +22Pui

Nieveyk

Masculin Age : 27
Messages : 22
Date d'inscription : 15/05/2010
Points de Progression : 50


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum